Le tribunal de Marseille a ordonné vendredi le retrait des affiches de campagne du FN intitulées "Non à l'islamisme"

Le juge des référés du TGI a estimé qu'elles étaient constitutives "d'un trouble manifestement illicite".Le FN a exprimé vendredi son "indignation" après ce jugement et a affirmé faire appel de cette décision qu'il qualifie "de violation gravissime de la liberté d'opinion et de la liberté d'expression".

Logo FN - Front National
Logo FN - Front National

Le juge des référés du TGI a estimé qu'elles étaient constitutives "d'un trouble manifestement illicite".

Le FN a exprimé vendredi son "indignation" après ce jugement et a affirmé faire appel de cette décision qu'il qualifie "de violation gravissime de la liberté d'opinion et de la liberté d'expression".

Diffusées par le mouvement jeunesse du FN, en Paca et sur internet, puis partout en France, elles représentent une femme voilée près d'une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressent des minarets en forme de missiles.

Dans son ordonnance dont l'AFP a obtenu copie, la juge a estimé que "cette affiche est non seulement de nature à provoquer un sentiment de rejet et d'animosité à l'encontre d'un groupe de personnes dont sont visées les pratiques religieuses, les femmes et la nationalité mais, en outre, s'adresse essentiellement à la jeunesse de nature plus influençable".

L'ordonnance condamne le FN et M. Le Pen "à faire procéder à son retrait de tous les supports sur lesquels elle a été placée, de quelque nature qu'ils soient, dans un délai de 24 heures (...) puis sous astreinte de 500 euros par jour de retard".

Jean-Marie Le Pen est la tête de liste du Front national pour les élections régionales. Interrogé par l'AFP, la tête de liste du FN dans les Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier, n'était pas en mesure de dire si le parti allait faire appel de la décision.