Cet article date de plus de sept ans.

Le Sénat rebascule à droite

La droite républicaine a dépassé d'au moins 13 sièges le seuil de la majorité absolue au Sénat, selon un calcul portant sur 345 des 348 sièges de la Haute assemblée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le Sénat rebascule à droite à l'issue des élections du 28 septembre. Photo d'illustration © Maxppp)

Sur 176 des 179 sièges de sénateurs qui étaient renouvelés ce dimanche, la droite en a obtenu 115, la gauche 59 et le Font national 2. Les résultats du vote en Guyane, à Saint-Martin et en Polynésie seront connus dans la nuit.  Si on ajoute à ces chiffres la répartition politique des 167 sièges qui n'étaient pas renouvelables - l'élection ne portant que sur la moitié des 348 sièges du Sénat -  l'UMP, l'UDI et les divers droite réunis totalisent 188 sièges, soit 13 de plus que la majorité absolue (175).

La droite redevient donc majoritaire au Sénat après une parenthèse de trois ans pendant laquelle la gauche avait un léger avantage de sept sièges. Dans les rangs de l'UMP on se félicite, même si le groupe n'a pas la majorité absolue et va donc devoir composer avec les centristes, qui sont en progression. Au PS on se refuse à parler de vague bleue et on assure même avoir limité la casse par rapport aux dernières élections municipales et à leur effet mécanique sur les sénatoriales. 

►►► A LIRE AUSSI | Le FN au Sénat : une victoire "historique", "mécanique" et "triste"

 

La gauche perd des sièges, le FN fait une entrée historique

Il n'empêche, la bascule est là, avec des pertes symboliques pour la gauche, comme en Corrèze, le fief de François Hollande, qui tombe dans l'escarcelle de la droite qui inflige notamment une défaite au maire de Tulle, Bernard Combes. Idem en Haute-Saône, dans le Rhône ou encore dans le Tarn et Garonne où le président du PRG, Jean-Michel Baylet, a été battu après presque 20 ans de mandat. 

L'autre enseignement du scrutin c'est bien-sûr l'entrée au Palais du Luxembourg de deux sénateurs FN : David Rachline, élu dans le Var et qui, a 26 ans, devient le plus jeune sénateur de l'histoire, et Stéphane Ravier, élu dans les Bouches du Rhône.  

Sénatoriales : bilan et conséquences du vote de dimanche - Louise Bodet
écouter

►►► La carte complète des résultats 

 (© Ide)
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.