Cet article date de plus de cinq ans.

Le retour des écologistes : une "image catastrophique de la politique"

L'arrivée d'Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé dans le gouvernement de Manuel Valls a fait l'objet de beaucoup plus de critiques que d'applaudissements. Et notamment du côté d'EELV.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé en 2014 © Witt/SIPA)

L’Élysée a publié ce jeudi la composition du nouveau gouvernement de Manuel Valls, avec l'arrivée notable de trois écologistes : Emmanuelle Cosse comme ministre du Logement, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili comme secrétaires d'État. Ce qui n'a pas manqué de susciter de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.

 Emmanuelle Cosse a exprimé sur Twitter sa joie d'entrer au gouvernement, se disant "heureuse d'y poursuivre son engagement pour une écologie en action.  La confiance du Président de la République m'honore. Heureuse de poursuivre au gouvernement mon engagement pour une écologie en action" , a-t-elle déclaré sur son compte.

EELV dénonce une "décision personnelle"

A LIRE AUSSI ►►► Remaniement : Cosse, Placé et Pompili "trahissent leurs convictions" (Julien Bayou, EELV)

Europe-Ecologie-Les Verts désapprouve cette participation et "regrette cette décision personnelle" , écrit le parti écologiste dans un communiqué ce jeudi soir après la nomination d'Emmanuelle Cosse au ministère du Logement. "La politique gouvernementale est malheureusement incompatible avec des orientations écologistes, de justice sociale, solidaire, et à même de construire une société apaisée" précise le communiqué.

De son côté, le député EELV de Paris Denis Baupin se félicite d'une "écologie de retour aux responsabilités. Pour agir. Pour la planète et pour l’emploi". En revanche, le porte-parole d'Europe Ecologie Les Verts, Julien Bayou, s'est dit déçu. "Emmanuelle Cosse a pris une décision perso et très opportuniste. Je dois dire que cela donne une image catastrophique de la politique" , a-t-il ajouté, estimant qu'elle entre au gouvernement "contre l'avis de son mouvement pour ne rien faire. Le mandat est fini, on a voté le dernier budget utile. Elle le sait : pour un grand plan logement, il faut du temps et de l'argent. Et ce temps et cet argent ont été dilapidés" , a estimé le porte-parole d'EELV.

L’entrée des écologistes au gouvernement provoque aussi l’ironie de nombreux responsables politiques, comme Nathalie Kosciusko-Morizet : "Les nouveaux ministres écolos iront-ils poser la première pierre de Notre-Dame-des-Landes ?" , raille-t-elle.

"Hollande recycle les Verts qui vont à la soupe gouvernementale" , écrit encore Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.

Quant à Robert Ménard, apparenté FN, il met l’accent sur le dossier des réfugiés : "La militante pro migrants Emmanuelle Cosse entre au gouvernement. Le vert est dans le fruit !" , écrit le maire de Béziers.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.