Cet article date de plus de dix ans.

Le remaniement ministériel pourrait avoir lieu lundi ou mardi, croit savoir l'AFP mercredi

Selon Le Figaro.fr, Nicolas Sarkozy devrait s'exprimera à la télévision jeudi 18 novembre afin de "préciser les chantiers de son nouveau gouvernement". TF1 et France2 n'ont ni confirmé ni infirmé.Plusieurs sources au gouvernement et à l'UMP ont affirmé que le remaniement interviendrait lundi ou au plus tard mardi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Fillon et Nicolas Sarkozy le 9 novembre 2010 à Colombey-les-Deux-Eglises (AFP - ERIC FEFERBERG)

Selon Le Figaro.fr, Nicolas Sarkozy devrait s'exprimera à la télévision jeudi 18 novembre afin de "préciser les chantiers de son nouveau gouvernement". TF1 et France2 n'ont ni confirmé ni infirmé.

Plusieurs sources au gouvernement et à l'UMP ont affirmé que le remaniement interviendrait lundi ou au plus tard mardi.

Dans l'esprit des mêmes, il y a peu de doutes sur le fait que François Fillon se succède finalement à lui-même à Matignon.

Borloo démoralisé ? L'interessé dément
Les chances de Jean-Louis Borloo, numéro deux du gouvernement, qui faisait figure de favori, il y a peu, pour le remplacer, semblent s'amenuiser. Il aurait déclaré ces dernières heures que "le président de la République ne l'aurait pas choisi comme Premier ministre".

Mardi, lors de la réunion hebdomadaire des parlementaires radicaux à l'Assemblée, le ministre de l'Ecologie et président du parti radical est apparu "déçu, découragé, abattu", ont rapporté des participants à la presse.

"J'ai eu Nicolas Sarkozy deux heures au téléphone depuis dimanche. Il m'a fait comprendre que ce ne serait pas moi (pour Matignon) mais jusqu'au bout, je veux y croire. Jusqu'au bout, je veux faire monter l'union des centres", aurait-il déclaré selon ces sources.

Pour autant, trois de ses proches, Valérie Létard, Laurent Hénart et Marc-Philppe Daubresse, ont démenti "catégoriquement" des propos prêtés pendant la nuit à ce dernier.

Et mercredi midi, Jean-Louis Borloo a démenti à son tour avoir tenu de tels propos, assurant qu'"aucun d'entre nous n'a la moindre information ou orientations" sur les intentions de Nicolas Sarkozy.

Les supputations vont bon train
Jusqu'ici le chef de l'Etat n'a rien dit de son choix. Lors du traditionnel petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité, mardi à l'Elysée, le président, pressé par son camp de remanier, a assuré que "ça vient" mais qu'il ne "veut pas agir sous pression".

L'actuel locataire de Matignon, donné partant il y a à peine dix jours, semble de plus en plus favori pour rester à son poste. Surtout, depuis qu'il a ouvertement exprimé mercredi dernier, son désir de rester. François Fillon se trouvait d'ailleurs mardi à Colombey-les-Deux-Eglises au côté de Nicolas Sarkozy pour le 40e anniversaire de la commémoration de la mort du général de Gaulle.

La décision de maintenir François Fillon risque après tant d'attente d'apparaître comme un "aveu de faiblesse faute d'une autre possibilité", s'inquiétait mardi une source gouvernementale.

L'actuel président du groupe UMP au Sénat, Gérard Longuet, pourrait entrer dans la nouvelle équipe gouvernementale. Le sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a évoqué sur France 2 son intérêt pour le poste, assurant être "prêt" à consacrer de son temps pour ses "amis sénateurs" si Gérard Longuet devient ministre.

De son côté, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a assuré se sentir "très bien" au gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.