Cet article date de plus de dix ans.

Le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, s'est étonné de la défaite de Nicolas Hulot à la primaire écologiste

"Je suis surpris parce qu c'est l'homme du Pacte écologique, avec 850.000 signatures, un vrai document avec de vraies propositions", a-t-il déclaré mercredi sur Europe 1.De là à y voir un geste d'ouverture avant un futur rapprochement...
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Parti radical Jean-Louis Borloo prononce un discours à Paris, face à ses militants, le 15 mai 2011. (AFP - Pierre Verdy)

"Je suis surpris parce qu c'est l'homme du Pacte écologique, avec 850.000 signatures, un vrai document avec de vraies propositions", a-t-il déclaré mercredi sur Europe 1.

De là à y voir un geste d'ouverture avant un futur rapprochement...

Interrogé à ce sujet, l'ancien ministre esquive. "Cela ne se passe pas comme cela" (...). "Je respecte Nicolas Hulot, c'est à lui de prendre ses décisions et pas à moi", a-t-il ajouté, sans toutefois fermer la porte à un éventuel rapprochement.

Cette prise de parole ne doit rien au hasard. Les deux protagonistes se sont déjà parlé.

Lors du congrès d'EELV à La Rochelle, Nicolas Hulot, lui-même, a expliqué avoir envisagé "un court temps" un partenariat avec Jean-Louis Borloo pour 2012. Ce que le président du Parti radical avait aussitôt confirmé affirmant avoir de "vraies convergences" avec l'homme du pacte écologique et se disant persuadé que "d'une manière ou d'une autre" ils retravailleraient "ensemble".

Alors, vers un tandem Hulot-Borloo?

A ce stade, rien n'est moins sûr. Au lendemain de l'annonce de sa défaite, Nicolas Hulot n'aspire qu'à une chose: prendre des vacances.

Pour la suite, plusieurs hypothèses se profilent: tourner le dos définitivement à la politique. A l'inverse, persévérer et contribuer à nourrir le débat de la présidentielle voire s'engager au niveau européen.

L'intéressé a répété n'avoir "qu'une parole" et qu'il ne ferait "rien qui contrarie la dynamique" de la campagne, mais reconnaît qu'il ne s'interdit rien.

"Où est-ce que je suis le plus utile?", "Est-ce que j'apporte quelque chose à Europe Ecologie-Les Verts? Est-ce qu'ils m'apportent quelque chose ? C'est la vraie question. Il faut y répondre tranquillement".

En résumé, donner du temps au temps....

Lire aussi

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.