Cet article date de plus de sept ans.

Le préfet soupçonné d'avoir fait payer ses PV par l'Etat démissionne

Jean-Jacques Debacq, responsable du traitement des infractions des radars routiers, est sous le coup d'une enquête. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le "M. Contravention" du ministère de l'Intérieur, Jean-Jacques Debacq, est soupçonné de ne pas avoir payé lui-même les siennes.  (JEFF PACHOUD / AFP)

Le "M. Contravention" du ministère de l'Intérieur a démissionné. Le préfet Jean-Jacques Debacq, responsable du traitement des infractions des radars routiers, a "présenté sa démission au ministre de l'Intérieur", Manuel Valls, "qui l'a acceptée", mardi 8 octobre. Soupçonné d'avoir fait payer ses contraventions par l'Etat, il est sous le coup d'une enquête.

Selon Mediapart, qui avait révélé l'affaire, le haut fonctionnaire aurait "fait payer par son administration - c'est-à-dire par le Trésor public - les contraventions routières du dimanche dont son véhicule de fonction, une Peugeot 508, fait l'objet". Il aurait également échappé au retrait de points sur son permis de conduire que les infractions auraient dû entraîner. Le site d'informations affirmait avoir retracé "une douzaine de contraventions" attachées au véhicule de fonction du préfet, "soit près de 700 euros" qui auraient été réglées par mandats administratifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.