Cet article date de plus de dix ans.

Le gouvernement renonce à la baisse des indemnités journalières

Xavier Bertrand revient sur la diminution de 6% de ces indemnités, qu'il souhaitait faire passer par décret pour réduire le déficit de la Sécurité sociale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, à l'Elysée, le 10 octobre 2011. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

On appelle ça un rétropédalage. Confronté à une fronde des députés contre la diminution envisagée des indemnités journalières de maladie, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, s'est engagé vendredi 28 octobre à proposer un autre dispositif. En début de semaine, le gouvernement projetait de diminuer de 6 % les indemnités journalières d'arrêt-maladie, ce qui avait provoqué un tollé chez les députés, y compris de la majorité.

Yves Bur, le rapporteur UMP du budget de la Sécurité sociale, ainsi que la quasi totalité de la commission des Affaires sociales refusaient de faire passer l'indemnisation journalière de 50 % du salaire brut à 60 % du salaire net. La mesure, que le gouvernement s'apprêtait à prendre par décret, représentait un gain pour l'Etat de 200 millions d'euros. Le député Jean-Luc Préel (Nouveau Centre) avait chiffré la perte mensuelle à 30 à 40 euros pour une personne au Smic.

Xavier Bertrand a ainsi émis vendredi un "avis très favorable" à plusieurs suggestions soumises par Yves Bur, notamment celle d'instaurer un quatrième jour de carence (c'est-à-dire non indemnisé par la Sécu) qui serait à la charge de l'employeur ou du salarié selon le contrat de travail. Autres pistes proposées par le député : "faire des économies" sur les dépenses de santé ou ne pas diminuer les indemnités journalières pour les congés maladie supérieurs à quinze jours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.