Le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon dénonce le "statu quo" dans l'accord de Durban

Le Front de gauche s'alarme à propos de l'accord sur le climat conclu, dimanche 11 décembre, à Durban (Afrique du Sud) qui consacre, selon lui, "le statu quo" alors que "pendant ce temps, la planète continue de se réchauffer, inexorablement".

J.L Mélenchon le 29 juin 2011 lors d\'un meeting à Paris
J.L Mélenchon le 29 juin 2011 lors d'un meeting à Paris (AFP)

Le Front de gauche s'alarme à propos de l'accord sur le climat conclu, dimanche 11 décembre, à Durban (Afrique du Sud) qui consacre, selon lui, "le statu quo" alors que "pendant ce temps, la planète continue de se réchauffer, inexorablement".

Le Front de gauche a regretté dimanche que l'accord sur le climat conclu à Durban soit intervenu "sans contrainte juridique, et sans nouveaux engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre".

"Malgré les 36 heures supplémentaires accordées aux grands de ce monde, le résultat est toujours le statu quo. Et pendant ce temps, la planète continue de se réchauffer, inexorablement", déclare dans un communiqué l'équipe de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle.

"Aux dernières nouvelles, le monde continue de s'acheminer vers une hausse de la température globale de plus de 3 degrés C. Pour le Front de gauche, les responsables de cette catastrophe annoncée devront en être rendus pénalement comptables devant un futur Tribunal de justice climatique", déclare le communiqué, signé par Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale Rhône-Alpes.

"Agissons, dès 2012, pour que la France montre l'exemple", conclut le texte.