Cet article date de plus de dix ans.

Le discours-programme de Nicolas Sarkozy pour changer l'Europe et "tout renverser"

Une heure et quart de discours pour tenter de relancer une campagne favorable à son adversaire principal, le candidat socialiste François Hollande. Cet après-midi, avec son plaidoyer volontariste pour l'Europe et en restant par exemple relativement mesuré sur l'immigration, Nicolas Sarkozy a peut-être prononcé un discours propre à rassurer des alliés centristes "vigilants".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les principales propositions :

La révision des accords de Schengen pour maitriser l'immigration: "Les accords de Schengen ne permettent
plus de répondre à la gravité de la situation. Ils doivent être révisés. On ne doit
pas laisser la  gestion des flux
migratoires entre les seules mains des technocrates et des tribunaux.  Si je devais constater
que dans les douze mois qui viennent, il n'y avait aucun progrès sérieux dans
cette direction, alors la France suspendrait sa  participation aux accords de Schengen jusqu'à
ce que les négociations aient abouti."
 La défense des PME et entreprises françaises sur le modèle de de qui se fait aux Etats-Unis: "Pourquoi ce que les États-Unis, pays
le plus libéral du monde, s'autorisent,
l'Europe se l'interdirait.  La France demandera que l'Europe se dote d'un Buy European Act sur le modèle du Buy American Act et ainsi, bénéficieront de l'argent public européen, les entreprises qui produiront en Europe
. Si dans
les douze mois qui viennent, aucun progrès sérieux sur l'exigence
de la réciprocité avec nos principaux partenaires n'était
enregistré, alors la France appliquera unilatéralement cette
règle jusqu'à ce que les négociations aboutissent." Et il a précisé que la
France pourrait
mettre en oeuvre unilatéralement sa
propre charte des PME si les négociations n'aboutissent pas au
niveau européen.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.