Cet article date de plus de dix ans.

Le best of des interruptions pendant le discours de Jean-Marc Ayrault

Drôles, méchantes, injustes, précises, les interruptions du discours de Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée et au Sénat mardi n'ont pas manqué. Revue de détail de ces petites phrases lancées dans les hémicycles qu'on n'entend pas à la télévision.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Jean-Marc Ayrault pendant sa déclaration de politique générale (PATRICK KOVARIK / AFP)

Drôles, méchantes, injustes, précises, les interruptions du discours de Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée et au Sénat mardi n'ont pas manqué. Revue de détail de ces petites phrases lancées dans les hémicycles qu'on n'entend pas à la télévision.

Synthèse des interruptions, attaques, lazzis et autres petites phrases peu aimables lancées par les députés de l'opposition pendant le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault à l'mardi.

Les interruptions ont commencé dès le début du discours.

Claude Bartolone : " La parole est à M. le Premier ministre". (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC, écologiste et RRDP.)
Mme Claude Greff (UMP Indre-et-Loire) : "On n'est pas à Cannes !"

Jean-Marc Ayrault : "À chacune et à chacun de faire preuve de courage et de responsabilité,…"
Guy Geoffroy (UMP Seine-et-Marne)" Ah, nous, on sait faire !"

Jean-Marc Ayrault : "La France, ce sont près de trois millions de salariés qui ne retrouvent pas de travail,…"
M. Patrick Balkany (UMP Hauts-de-Seine) : "Bientôt plus !"

Jean-Marc Ayrault : "Mais je ne veux pas être de la génération qui aura reporté le poids d'une dette excessive sur ses enfants et ses petits-enfants..."
Pierre Lellouche (UMP Paris) : "Alors, arrêtez de dépenser !"

"Bla-bla-bla !"

Jean-Marc Ayrault : "La tentation existe d'exploiter les peurs et les craintes, de stimuler les égoïsmes, d'user de tous les clivages qui travaillent la société, aux fins de dévier le débat public des sujets essentiels…"
Michel Herbillon (UMP Val-de-Marne) : "Vous êtes bien placé pour le dire !"
Jean-Marc Ayrault : "...Je n'y céderai pas !..."
Michel Herbillon : "Mais vous l'avez toujours fait !"

Jean-Marc Ayrault : "...Le génie de la France,…"
Jean-François Lamour (UMP Paris) : "Bla-bla-bla !"

Jean-Marc Ayrault : "Vous qui produisez, vous qui disposez de la capacité de décider, vous qui dirigez, mobilisez-vous sans attendre !..."
Yves Fromion (UMP Cher) : "C'est pathétique !"

"Baratin !"

Jean-Marc Ayrault : "Au cours de ce quinquennat, deux phases se succéderont. La première sera celle…"
Philippe Vitel (UMP Var) : "De la rigueur !"

Jean-Marc Ayrault : "Je veux qu'à côté de son effort marqué – et nécessaire – pour les banlieues, l'État se tourne aussi vers ces territoires trop souvent négligés et redéploie prioritairement ses moyens dans leur direction..."
Lucien Degauchy (UMP Oise). Des promesses ! Toujours des promesses !

Jean-Marc Ayrault : "...le grand chantier de la réforme fiscale..."
Alain Gest (UMP Somme) : "Baratin !"

"Plutôt le plan T !"

Jean-Marc Ayrault : "...Nous savions que le budget 2012 comportait des dépenses sous-évaluées et des estimations de recettes trop optimistes.
Valérie Pecresse (UMP Yvelines) : "C'est faux !"

Jean-Marc Ayrault : "...50 000 emplois industriels ont malheureusement été perdus..."
Pierre Lellouche : "Grâce aux 35 heures !"
Christian Estrosi (UMP Alpes Maritimes) : "Cela fait trente ans, pas dix !"

Jean-Marc Ayrault : "le Gouvernement travaille à un plan pour la filière automobile en grande difficulté. Il sera présenté au cours de ce mois..."
Yves Censi (UMP Aveyron) : "Le plan B ?"
Maurice Leroy (NC Loir-et-Cher) : "Plutôt le plan T !"

Jean-Marc Ayrault : "..La lutte contre le chômage bénéficiera du retour à une politique économique volontariste..."
Michel Herbillon : "Ça veut dire quoi ?"
Yves Censi : "C'est creux !"

Jean-Marc Ayrault : "...C'est donc en pensant à la jeunesse que je conduirai l'action de mon gouvernement..."
Hervé Mariton (UMP Drôme) : "C'est un peu court comme discours de politique générale !"

"Vous comptez supprimer les liaisons téléphoniques ?"

Jean-Marc Ayrault : "...Le plafond du livret A sera relevé pour répondre aux besoins de financement..."
Plusieurs députés du groupe UMP : "De combien ?"
Hervé Mariton : "Relevé ou doublé ?"

Jean-Marc Ayrault : "...Il en va de la protection de l'environnement, de la préservation de la biodiversité et de l'indépendance énergétique de la France.."
Jean-Frédéric Poisson (UMP Yvelines) : "Exit Mme Bricq !"

Jean-Marc Ayrault : "...Le Gouvernement proposera l'ouverture du droit de vote pour les élections municipales aux étrangers résidant en situation régulière depuis au moins cinq ans sur notre territoire. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP. – Huées sur de nombreux bancs du groupe UMP.)
Patrick Balkany : "Provocation !"
Guy Geoffroy : "Il faudra un référendum !"

"La déception, c'est maintenant !"

Jean-Marc Ayrault : "...Une circulaire abolissant définitivement les instructions individuelles aux parquets sera signée avant la fin du mois..."
Claude Goasguen : "Vous comptez supprimer les liaisons téléphoniques ?"

Jean-Marc Ayrault : "...Un plan de lutte contre la pauvreté sera engagé sans retard..."
Lucien Degauchy : "Alors, arrêtez de parler, cela fait déjà plus d'une heure que vous avez commencé ce discours !"

Jean-Marc Ayrault : "...Mesdames et messieurs les députés, tout au long de mon intervention,…"
Plusieurs députés du groupe UMP : "Beaucoup trop longue !"
Jean Leonetti (UMP Alpes-Maritimes) : "On n'en peut plus !"

Jean-Marc Ayrault : "...J'ai confiance dans nos atouts. J'ai confiance dans ce que nous sommes.
Michel Herbillon : "La déception, c'est maintenant !"

Au Sénat : "Madame, nous avons bien noté que vous étiez présente"

Au , le discours de Jean-Marc Ayrault a été prononcé par le numéro deux du gouvernement, Laurent Fabius. Là aussi, les interruptions n'ont pas manqué.

La plus en pointe a été Sophie Joissains, sénatrice radicale des Bouches-du-Rhône et fille de la maire d'Aix-en-Provence au point de s'attirer cette remarque de Laurent Fabius : "Madame, nous avons bien noté que vous étiez présente !" (Rires et applaudissements à gauche).

Auparavant elle avait lancé dans l'hémicycle sénatorial :

Laurent Fabius : "...mettra à contribution les grandes entreprises, notamment bancaires et pétrolières..."
Sophie Joissains : "Et les antiquaires ? Et les oeuvres d'art ?"



"Au poulailler, Mme Joissains !"

Laurent Fabius : "...la TVA sur le livre et le spectacle vivant repassera à 5,5 %"
Sophie Joissains : "Qui sont les classes moyennes ?"
Christian Bourquin (ex PS Pyrénées Orientales) : "Taisez-bous donc !" (On renchérit sur de nombreux bancs à gauche)

Laurent Fabius : "...La part du nucléaire dans la production d'électricité passera de 75 % à 50 % à l'horizon 2025... (Applaudissements sur les bancs du groupe écologiste)
Jean-Vincent Placé (EELV Essonne) : Très bien !
Sophie Joissains : "Les Verts sont-ils dans le fruit ?"
Christian Bourquin : "Au poulailler, madame Joissains !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.