Vidéo Présidentielle : après les régionales, "le match à trois, c'est surtout 'Bertrand, Pécresse, Wauquiez'", ironise Gabriel Attal

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Réélu dimanche à la tête des Hauts-de-France, Xavier Bertrand avait déclaré que "la présidentielle" était "désormais un match à trois", entre lui, Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

"Le match à trois, c'est surtout 'Bertrand, Pécresse, Wauquiez'", a ironisé lundi 28 juin sur franceinfo Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement en répondant à une déclaration de Xavier Bertrand, réélu à la tête des Hauts-de-France. Dans un entretien publié dimanche soir par Les Echos, le président de région affirme que "maintenant, tout le monde a compris que la présidentielle est désormais un match à trois", entre lui, Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

>> Résultats des élections régionales : prime aux sortants, l'abstention grande gagnante... Ce qu'il faut retenir de la soirée du second tour

Si Xavier Bertrand l'a emporté dimanche avec 52,37% des suffrages, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, dont les noms reviennent pour porter les couleurs de la droite à la présidentielle, ont eux aussi été largement réélus. Après le second tour des régionales, Gabriel Attal a "trouvé qu'il y avait beaucoup de triomphalisme" dans les déclarations des vainqueurs. "Je ne crois pas que qui que ce soit puisse sabrer le champagne après cette élection", assure le porte-parole du gouvernement qui rappelle que "très peu de Français se sont rendus aux urnes".

Dimanche, le taux d'abstention a été quasi identique à celui enregistré au premier tour, avec autour de 66% d'électeurs qui ont boudé les urnes. Gabriel Attal assure qu'il "ne contestera jamais la légitimité des présidents sortant élus" mais il observe tout de même que "les présidents de région sortants qui ont été réélus l'ont été en général avec autour de 15% des inscrits, 15% des électeurs de ces régions".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.