Dimanche en politique, France 3

VIDEO. Renoncement de Benjamin Griveaux : Piotr Pavlenski doit être "jugé" mais pas "renvoyé" en Russie selon Patrick Mignola, vice-président du MoDem

Les élections municipales se tiendront dans moins d'un mois. Ce sera un test électoral pour la majorité et un souci supplémentaire à Paris depuis l'abandon de Benjamin Griveaux dans la course à la mairie de Paris après la divulgation de vidéos intimes. Mathilde Panot, vice-présidente du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale, et Patrick Mignola, vice-président du MoDem, réagissent à cette affaire.

France 3

Le candidat de La République en marche à Paris, Benjamin Griveaux, a renoncé aux élections municipales après la divulgation d'une vidéo à caractère sexuel qui lui est attribuée publiée par l'activiste russe Piotr Pavlenski, réfugié politique en France.

Certains députés LREM réclament son renvoi en Russie. "Je suis en total désaccord avec cela, parce que les conventions internationales ne disent pas ça. Il faut punir ce qui a été fait dans ce qui est illégal, un arsenal législatif existe, mais on ne doit pas remettre en cause son statut", assure Mathilde Panot, vice-présidente du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale.

"Nous vivons dans un Etat de droit"

Patrick Mignola, vice-président du MoDem, partage le même avis. "On ne peut pas remettre en cause un statut de réfugié politique, c'est évident. Mais il doit être jugé, il y a des lois, il faut les appliquer (...). Nous vivons dans un Etat de droit. Toutes les démocraties sont en danger dans le monde. C'est à nous de montrer l'exemple et de respecter l'Etat de droit", précise l'homme politique.

Piotr Pavlenski a été arrêté par la police samedi 15 février et placé en garde à vue pour une autre affaire. Sa compagne a également été placée en garde à vue, dans le cadre de l'affaire Griveaux. L'homme politique a porté plainte.

Patrick Mignola, président du groupe MoDem à l\'Assemblée nationale, arrive à Matignon, à Paris, le 29 avril 2019. 
Patrick Mignola, président du groupe MoDem à l'Assemblée nationale, arrive à Matignon, à Paris, le 29 avril 2019.  (BERTRAND GUAY / AFP)