Proposition de loi sur l’euthanasie : "Ce texte est utile, il est nécessaire", juge Christophe Castaner (LREM)

Publié
Durée de la vidéo : 9 min.
Proposition de loi sur l’euthanasie : « Ce texte est utile, il est nécessaire », juge Christophe Castaner (LREM)
France 2
Article rédigé par
C. Roux - France 2
France Télévisions

Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, jeudi 8 avril.

Une proposition de loi sur l’euthanasie sera débattue, jeudi 8 avril, à l’Assemblée nationale. Faut-il changer la loi en la matière ? "C’est un sujet qui touche à l’intime, à chacun. Je pense qu’il est profondément humain, lorsque la maladie nous gagne et semble plus forte, de pouvoir choisir le moment où l’on veut regarder la mort en face. Ce texte est utile, il est nécessaire. Ce débat nous devons l’avoir", explique Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, invité des "4 Vérités" de France 2, jeudi 8 avril.

"La campagne présidentielle sera un moment de rencontre sur l’euthanasie"

Cinq députés LR assument une obstruction parlementaire sur ce texte. "On est sur un premier moment : ce débat national qui doit se poursuivre avec tous les Français", indique Christophe Castaner. Comment ? "Toutes les grandes mesures sur ces sujets très sensibles ont souvent été portées par des candidats à la présidence de la République et ensuite mises en œuvre. La campagne présidentielle sera un moment de rencontre sur ce sujet-là", précise le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale.

Les régionales auront-elles lieu en juin prochain ? "Je le souhaite. Il faut que nous fassions tout pour cela. […] Je souhaite surtout que l’on prenne l’écho et l’écoute des maires de France pour voir s’ils se sentent en capacité d’organiser les élections dans des conditions sanitaires qui protègent les Français", indique Christophe Castaner.

Selon les sondages pour les régionales, l’implantation locale de LREM semble ne pas avoir fonctionné. "On a raté quelque chose, on a une grande faiblesse, on n’a pas réussi cet enracinement-là", concède le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.