Politique : la droite se reconstruit en ordre dispersé

La politique française poursuit sa recomposition. À droite, d'anciens Républicains ont lancé le mouvement "Agir, la droite constructive". Des ralliements à la République en marche sont aussi à prendre en compte.

FRANCE 2

Depuis six mois, à droite, il se passe presque toujours quelque chose. Le député Franck Riester est désormais à la tête d'un nouveau parti : "Agir, la droite constructive". Son credo, c'est pouvoir soutenir Emmanuel Macron et offrir une alternative à la droite version Laurent Wauquiez. Mais le lancement est un peu raté, car, au même moment, trois personnalités vont plus loin en adhérant à La République en marche : les ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu et le leader des Constructifs, Thierry Solère.

"Un ramassis d'opportunistes"

Plus aucun questeur de l'Assemblée nationale ne fait désormais partie de l'opposition. Un angle d'attaque pour Laurent Wauquiez contre le parti du président. Mais La République en marche a, selon lui, un autre problème. "Il vaut mieux avoir les adducteurs souples, parce que vous trouvez à la fois Olivier Dussopt qui était le soutien de Benoît Hamon, et vous trouvez Gérald Darmanin qui appartenait à la Droite populaire qui était à la droite des Républicains. J'ai tendance à penser que ça ressemble de plus en plus à un ramassis d'opportunistes assez éloigné, pour être très sincère, de ce qu'est ma conception de la politique", a-t-il déclaré sur Europe 1. À deux semaines de l'élection du président des Républicains, la recomposition politique ne connaît pas de pause.

Le JT
Les autres sujets du JT
Laurent Wauquiez, président de la région Auverge-Rhône-Alpes et candidat à la présidence du parti Les Républicains, le 20 novembre 2017.
Laurent Wauquiez, président de la région Auverge-Rhône-Alpes et candidat à la présidence du parti Les Républicains, le 20 novembre 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)