Municipales : les ministres qui échoueront à se faire élire ne seront pas obligés de démissionner

Matignon indique que les membres du gouvernement qui se présentent aux élections municipales de mars 2020 n'auront pas l'obligation de quitter l'exécutif en cas de défaite. 

Le gouvernement d\'Edouard Philippe pour le conseil des ministres du 6 janvier 2020 à Paris. 
Le gouvernement d'Edouard Philippe pour le conseil des ministres du 6 janvier 2020 à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les ministres qui sont candidats aux élections municipales et qui échoueront à se faire élire ne seront pas obligés de démissionner, a appris mercredi 5 février franceinfo de source gouvernementale, confirmant une information du Parisien"On ne tirera pas de leçon nationale d'un scrutin local", indique-t-on à Matignon.

Outre le Premier ministre Edouard Philippe au Havre, plusieurs ministres ont déjà fait part de leur candidature aux élections des 15 et 22 mars prochain, comme le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin à Tourcoing (Nord), le ministre de la Culture Franck Riester à Coulommiers (Seine-et-Marne), le ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires Sébastien Lecornu à Vernon (Eure) ou encore le ministre auprès des Relations avec le Parlement Marc Fesneau à Marchenoir (Loir-et-Cher). Mais aussi la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées Geneviève Darrieussecq à Mont-de-Marsan (Landes), le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari à Limoges (Haute-Vienne) et la secrétaire d'Etat aux Solidarités Christelle Dubos à Sadirac (Gironde).

Fin janvier, le chef du gouvernement Edouard Philippe avait justifié sa candidature à la mairie du Havre en expliquant que "dans une démocratie l'élection fait la légitimité".