Métropole de Lyon : le maire sortant Gérard Collomb, favori du premier tour, distance ses concurrents dans les sondages grâce à sa forte notoriété

Seuls 37% des sondés ont déjà entendu parler de David Kimelfeld, le candidat dissident LREM et actuel président de la métropole.

Gérad Collomb, à la mairie de Lyon, le 6 juin 2019.
Gérad Collomb, à la mairie de Lyon, le 6 juin 2019. (JEFF PACHOUD / AFP)

Le maire de Lyon Gérard Collomb est en tête des intentions de vote au premier tour des élections à la métropole de Lyon, les 15 et 22 mars 2020, selon une enquête* Ipsos – Sopra-Steria pour franceinfo, France Bleu et Le Progrès publiée jeudi 14 novembre. A Lyon, les conseillers métropolitains seront élus pour la première fois au suffrage universel direct, en même temps que les élections municipales, et sur la même liste de candidats que les conseillers municipaux.

La liste de La République en marche et du Modem, conduite par Gérard Collomb, obtiendrait 31% des suffrages exprimés, devançant largement celle de son rival, David Kimelfeld, l'actuel président de la métropole, crédité de 15% des intentions de vote. Selon ce sondage, David Kimelfeld, LREM lui aussi et candidat dissident, serait même devancé par la liste EELV de Bruno Bernard, qui obtiendrait 19% des suffrages au premier tour. Les écologistes représentent aujourd'hui la principale force électorale à gauche dans la métropole lyonnaise.

En quatrième position, François-Noël Buffet, tête de liste LR, totaliserait 14% des voix, devant la liste du RN, conduite par Andrea Kotarac (11%). À gauche, le PS et les Insoumis peinent à rassembler. La liste du PS, conduite par la sénatrice Annie Guillemot, est créditée de 6%, et La France insoumise de 4%.

David Kimelfeld trop méconnu des Lyonnais

Si la compétition entre Gérard Collomb et David Kimelfeld se joue pour l'instant à la faveur du maire sortant, c'est notamment en raison d'un déficit de notoriété du président de la métropole. L'enquête souligne que 90% des habitants du Grand Lyon connaissent, au moins de nom, Gérard Collomb, quand seulement un tiers des personnes interrogées (37%) affirment avoir déjà entendu parler de David Kimelfeld.

La renommée de l'ancien ministre lui permet, de plus, de récolter une majorité d'opinions favorables. 61% des habitants de la métropole déclarent avoir une bonne opinion de lui. Le maire sortant obtient même l'avis positif des deux tiers des Lyonnais (66%), mais aussi des sympathisants LREM (74%) et LR (71%).

Derrière les deux principaux adversaires, les autres têtes de liste peinent à se faire un nom. 22% des habitants de la métropole connaissent le LR François-Noël Buffet, qui n'est même connu qu'auprès d'un tiers des sympathisants de son parti (32%). La sénatrice PS Annie Guillemot, et ancienne maire de Bron, n'est reconnue que par 13% des sondés. Le déficit de notoriété est majeur pour les têtes de liste EELV et RN. Le nom de Bruno Bernard (EELV) est connu par 7% des personnes interrogées. Le RN Andrea Kotarac plafonne lui à 5%.

Environnement et sécurité : les priorités des sondés

Le sondage révèle enfin que l'environnement et la sécurité sont les sujets prioritaires aux yeux des électeurs de la métropole de Lyon. L'environnement et la lutte contre la pollution sont cités par 46% des personnes interrogées, devant la sécurité (43%). Suivent ensuite les transports en commun (29%), les écoles (29%) la circulation et le stationnement (28%) ou encore le logement (25%). À noter que les préoccupations environnementales sont bien plus élevées dans la métropole lyonnaise que dans les autres agglomérations françaises où le sujet n'est cité que par 34% des sondés, contre 42% pour la sécurité, première priorité au niveau national.

Et si on ne considère que les Lyonnais intra-muros, l'environnement et la lutte contre la pollution recueillent l'assentiment de 54% des électeurs. Ce sondage a été réalisé par téléphone du 7 au 9 novembre 2019 auprès d'un échantillon de 609 personnes inscrites sur les listes électorales de la métropole de Lyon, représentatif de la population de la métropole lyonnaise âgée de 18 ans et plus.

*Enquête réalisée par Ipsos du 7 au 9 novembre 2019 sur un échantillon de 608 personnes inscrites sur les listes électorales de la métropole de Lyon constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus de la métropole de Lyon. 2chantillon interrogé par téléphone, méthode des quotas.