Moselle : la vitre de la permanence du député LREM Christophe Arend a été brisée

Aucune revendication n'a été relevée sur les lieux, a précisé l'élu, qui devrait porter plainte.

Le député de Moselle Christophe Arend à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 13 novembre 2018.
Le député de Moselle Christophe Arend à l'Assemblée nationale, à Paris, le 13 novembre 2018. (MAXPPP)

Une vitre de la permanence du député LREM Christophe Arend à Forbach (Moselle) a été brisée dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 août, a indiqué l'élu à l'AFP. "Il y a du verre un peu partout à l'intérieur, une vitre a pris un projectile ou un coup", a-t-il précisé. L'élu, actuellement absent de Moselle, devrait porter plainte.

Les faits ont été constatés samedi matin par une patrouille de police et une collaboratrice du député. Aucune revendication n'a été relevée sur les lieux, a-t-il précisé. "Ca peut être un ancien patient mécontent qui met un coup comme une raison politique, mais on est dans un contexte où je me suis clairement exprimé contre les intimidations" à l'égard des élus, a précisé Christophe Arend, dentiste de profession.

Le député "ne cédera à aucune intimidation"

Une quinzaine de permanences de députés ou de locaux du parti LREM ont été vandalisées, ces dernières semaines, après la ratification du Ceta. Le député LREM a voté en faveur du Ceta, traité controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, ratifié à l'Assemblée nationale le mois dernier. "Je m'en suis expliqué, j'ai défendu ma position et les agriculteurs de ma circonscription, avec qui j'ai un dialogue régulier, ne m'ont pas interpellé", a ajouté le député mosellan, qui "ne désigne personne". Dans un tweet publié dans la matinée avec une photo de la vitre brisée de sa permanence, le député assure qu'il "ne cédera à aucune intimidation".