Le député Jean-Michel Clément quitte le groupe LREM après son vote contre la loi asile et immigration

Le chef de file des députés LREM, Richard Ferrand, avait menacé d'exclusion ceux qui voteraient contre ce projet de loi.

Jean-Michel Clément, député La République en marche de la Vienne, était l\'invité de \"Tout est politique\" vendredi 20 avril sur franceinfo.
Jean-Michel Clément, député La République en marche de la Vienne, était l'invité de "Tout est politique" vendredi 20 avril sur franceinfo. (FRANCEINFO)

Le député La République en marche Jean-Michel Clément a annoncé, dimanche 22 avril, dans la soirée, qu'il quittait le groupe LREM, après avoir voté contre le projet de loi asile et immigration, adopté en première lecture à l'Assemblée nationale. "Afin d'éviter que mon vote nourrisse quelques interprétations ambiguës ou farfelues, d'où qu'elles viennent, j'ai décidé de me mettre en congé du groupe parlementaire La République en marche à compter de ce jour", a déclaré Jean-Michel Clément (ex-PS).

Des "questions de conscience"

"Sur ce sujet, nous touchions à des questions de conscience", a expliqué Jean-Michel Clément sur franceinfo. "Je mets ce texte au même niveau que les lois bioéthiques, là nous touchons à notre capacité d'accueillir ou pas dans des conditions humaines des personnes qui sont en grande souffrance." "Notre tradition d'accueil universaliste est mise à mal, je le crois, avec ce texte, avec des mesures qui sont plus des mesures de police que des mesures d'accueil (...). J'en ai tiré les conclusions", a poursuivi le député. Dans une tribune publiée sur franceinfo, il avait déjà dénoncé une "spirale tragique".

Le chef de file des députés LREM, Richard Ferrand, avait menacé d'exclure du groupe tout élu du parti votant contre ce texte, crucial pour le gouvernement. "Abstention, péché véniel, vote contre, péché mortel", avait-il menacé. Quatorze députés LREM se sont abstenus sur ce projet de loi. Interrogé sur son avenir au sein de la majorité, Jean-Michel Clément n'a pas tranché. "Je vais prendre du recul, les choses évolueront d'une manière ou d'une autre", a-t-il déclaré.