La justice valide le vote sur les statuts de La République en marche, contesté par des militants frondeurs

Les plaignants, rassemblés au sein du collectif "La Démocratie en marche", s'attaquaient aux statuts en disant s'appuyer sur un "vice de forme".

Le Premier ministre Edouard Philippe, lors d\'une réunion La République en marche, à Paris, le 8 juilet 2017.
Le Premier ministre Edouard Philippe, lors d'une réunion La République en marche, à Paris, le 8 juilet 2017. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Demi-victoire pour les "marcheurs" frondeurs. La justice a validé, mardi 1er août, le vote sur les statuts de La République en marche, contesté par des militants protestant contre un manque de démocratie dans le parti d'Emmanuel Macron. Elle a en revanche ordonné de prolonger la consultation pendant 15 jours.

Les plaignants, rassemblés au sein du collectif La Démocratie en marche, s'attaquaient aux statuts en disant s'appuyer sur un "vice de forme". Ils réclamaient l'annulation du vote des adhérents sur le texte, qui a eu lieu du 23 au 30 juillet, car le parti n'avait pas respecté un délai d'un mois entre la convocation des adhérents et le scrutin.

Des adhérents "cantonnés à un rôle de supporter"

Cette demande a été rejetée par le TGI de Créteil, qui a décidé de valider le vote tout en prolongeant la consultation de 15 jours, selon un extrait de la décision consulté par l'AFP.

Les contestataires dénonçaient également des statuts qui, selon eux, "cantonnent les adhérents à un rôle de supporter et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale". Ils déploraient également l'absence des adhérents dans les élections internes, "la majorité des cadres du mouvement étant désignés ou membres de droit"