"Je ne m'exprime pas sous la menace" : Cédric Villani se positionnera en septembre pour les municipales à Paris

Sur BFMTV, le candidat malheureux à l'investiture a expliqué vouloir réserver sa réponse pour plus tard.

Cédric Villani, député de l\'Essonne et candidat à la l\'investiture LREM pour les élections municipales à Paris, le 4 juillet 2019.
Cédric Villani, député de l'Essonne et candidat à la l'investiture LREM pour les élections municipales à Paris, le 4 juillet 2019. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS)

Cédric Villani attend "les premiers jours de septembre" pour décider s'il rallie ou non Benjamin Griveaux, désormais candidat LREM pour les municipales de 2020 à Paris. "J'ai entendu la main tendue et je m'en réjouis, a affirmé le député de l'Essonne sur BFMTV, jeudi 11 juillet. Mais "la première urgence c'est de discuter avec les militants." Le candidat malheureux à l'investiture de La République en marche explique qu'être "frondeur n'est pas [s]on genre", et qu'il serait toujours "fidèle à Macron".

J'ai entendu la main tendue de Benjamin Griveaux et je m'en réjouis.Cédric Villani, député de l'Essonnesur BFMTV

Le mathématicien avait pris tout le monde de court, mercredi, en annonçant sa défaite sur Twitter avant les résultats officiels. Dans son message, il déplorait un résultat "connu d'avance." Une sortie guère appréciée par Alain Richard, membre de la commission nationale d’investiture qui a aussitôt appelé Cédric Villani à "se reprendre" et à soutenir Benjamin Griveaux, le menaçant de l'exclure du parti. 

Sur BFMTV, la médaille Fields dit avoir "entendu des reproches et des menaces, allant jusqu'à des menaces d'expulsion". Avant d'ajouter : "Mais je ne m'exprime jamais sous la menace".