"Il faut avoir du respect pour ce qu'il s'est passé" : le neveu de Pierre Bérégovoy réagit au tweet de François de Rugy sur son oncle

Quelques heures après sa démission, l'ex-ministre de la Transition écologique a fait référence au suicide de l'ancien Premier ministre de François Mitterrand en 1993.

François de Rugy lors de la passation de pouvoir avec Elisabeth Borne au ministère de la Transition écologique le 17 juillet 2019. 
François de Rugy lors de la passation de pouvoir avec Elisabeth Borne au ministère de la Transition écologique le 17 juillet 2019.  (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

Il a fait du bruit en claquant la porte. Quelques heures après sa démission, mardi 16 juillet, François de Rugy a fait référence au suicide de Pierre Bérégovoy. En 1993, l'ancien Premier ministre de François Mitterrand avait mis fin à ses jours un mois après sa démission, sans laisser d'explications. "Comment ne pas penser aux mots de François Mitterrand en hommage à Pierre Bérégovoy ?" a publié en fin de journée le désormais ex-ministre de la Transition écologique, en joignant une vidéo d'archive du discours de l'ancien président socialiste lors des obsèques. Une référence qui a suscité un certain malaise chez des personnalités politiques et des proches de Pierre Bérégovoy. Son neveu, l'écologiste Jean-Michel Bérégovoy, adjoint au maire de Rouen, réagit pour franceinfo. 

Franceinfo : Qu'avez-vous pensé en voyant le tweet de François de Rugy ? 

Jean-Michel Bérégovoy : J'ai pensé que c'était ridicule et que ça devenait une habitude depuis quelque temps. J'avais déjà trouvé ça déplacé à l'époque où François Fillon avait fait référence à mon oncle pendant la campagne présidentielle en 2017. J'estime qu'il faut avoir du respect pour ce qu'il s'est passé et l'histoire des hommes politiques. J'en parlais avec ma mère hier.

C'est blessant car en 1993, on a vécu de manière très douloureuse cet événement.Jean-Michel Bérégovoyà franceinfo

La comparaison entre votre oncle et l'ancien ministre est-elle pertinente, selon vous ? 

Quand François de Rugy démissionne dans ces conditions, il doit être abasourdi. Mais je ne pense pas qu'il faille en permanence prendre des repères dans l'histoire qui ne sont pas comparables. Pierre Bérégovoy a accepté les grands moments de victoire comme les défaites et la dernière a pour lui a été fatale. 

Comment analysez-vous la chute de l'ancien ministre de la Transition écologique ? 

Il a peut-être trop regardé le soleil et il n'était pas armé pour s'en approcher de si près. A l'époque, chez les Verts, c'était quelqu'un d'assez simple dans sa manière d'aborder la politique. Je ne sais pas quel est son état aujourd'hui. La seule chose que je peux lui souhaiter, c'est qu'il se reconstruise et qu'il remette les pieds sur Terre.