DIRECT. Maintenu à son poste par Edouard Philippe, François de Rugy "s'engage à rembourser chaque euro contesté"

Reçu à Matignon jeudi après-midi, le ministre de la Transition écologique et solidaire ne veut laisser "aucun doute". Il se dit prêt à soumettre les frais controversés à des "autorités de contrôle" de l'Assemblée nationale. 

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy (gauche), et le Premier ministre Edouard Philippe, à l\'Elysée, à Paris, le 23 mai 2019.
Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy (gauche), et le Premier ministre Edouard Philippe, à l'Elysée, à Paris, le 23 mai 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

François de Rugy sauve sa tête. En tout cas pour le moment. Edouard Philippe, qui l'a reçu jeudi 11 juillet dans l'après-midi, a décidé de maintenir à son poste le ministre de la Transition écologique et solidaire. Selon Matignon, l'intéressé "s'engage à rembourser chaque euro contesté" et se dit prêt à soumettre les frais à des "autorités de contrôle" de l'Assemblée nationale.

 "Une inspection" sur les travaux effectués. Edouard Philippe demande au secrétariat général du gouvernement de diligenter "une inspection" afin de vérifier que les travaux entrepris dans le logement de fonction ministériel de François de Rugy se conformaient au "respect des règles" et "au principe d'exemplarité".

Reçu à 16h30 par Edouard Philippe. Le ministre de la Transition écologique et solidaire est arrivé vers 16h30 à Matignon pour s'expliquer sur les dîners fastueux organisés aux frais de l'Etat à l'Assemblée nationale.

Visite écourtée dans les Deux-Sèvres. François de Rugy devait passer toute la journée dans le département pour parler retenues d'eau. Finalement, il est vite rentré à Paris. "Je comprends que les Français puissent être choqués par certaines images, a répété le ministre au micro de franceinfo lors de de déplacement. Je suis évidemment très attentif à ce que toutes les explications soient données. Si, avec des personnalités extérieures, comme la déontologue de l'Assemblée mais ça peut aussi être d'autres formules, il y avait des vérifications à faire, je suis prêt à m'y livrer, et s'il y a eu des erreurs d'appréciation de ma part, je serai tout prêt également à les corriger".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #RUGY

22h18 : François de Rugy n'a pas démissionné, mais il doit se plier aux exigences de Matignon. L'intéressé a pris plusieurs engagements. On les récapitule tous dans cet article.

22h12 : Au cœur d'une tempête médiatique depuis les révélations de Mediapart, le ministre de la Transition écologique a finalement été conforté dans ses fonctions par Matignon. France 2 revient sur cette journée tourmentée.




21h51 : "Quand vous êtes ministre, a fortiori ministre de l'écologie, vous devez avoir une autorité, une crédibilité, pour gagner des arbitrages, pour affronter des lobbies, etc... Le fait d'être pris dans cette histoire va lui être rappelé en permanence."

Delphine Batho, ex-ministre de l'écologie sous François Hollande, aujourd'hui députée Génération Ecologie des Deux-Sèvres, réagit sur franceinfo aux révélations de Mediapart sur le ministre de la Transition écologique. "Hier, François de Rugy a limogé sa directrice de cabinet qui était en cause et qui a commis une faute morale. Pourquoi ce qui vaut pour une haut-fonctionnaire ne vaut pas pour un ministre ? Il y a une incohérence", ajoute-t-elle.

20h42 : "Mediapart affirme qu'il s'agit d'un 'logement à loyer social préférentiel'. Cette information, si elle est avérée, je n'en n'ai moi-même jamais eu connaissance", affirme le ministre... qui a publié ses échanges d'e-mails avec l'agence immobilière, son bail et ses réponses aux questions du site d'investigation. On a tout expliqué ici.

20h37 : Selon lui, il s'agit d'un "deux pièces de 48 mètres carrés, loué au prix de 622 euros par mois (appartement et parking), un montant conforme aux prix du marché. J'ai loué cet appartement à la suite d'une séparation intervenue en juillet 2016".

20h40 : Le ministre de la Transition écologique se défend sur sa page Facebook. "Je fais l'objet ce soir d'une nouvelle attaque de Mediapart, cette fois-ci sur l'appartement que je loue à Orvault, près de Nantes, depuis trois ans, où j'accueille mes enfants lorsque j'en ai la garde le week-end", commence-t-il par détailler.



(FACEBOOK)

20h30 : Elle concerne cette fois-ci l'appartement qu’il loue à Orvault (Loire-Atlantique) depuis 2016. Selon les révélations publiées par Mediapart, ce T2 de 48 mètres carrés serait "à loyer social préférentiel".

20h38 : Après les dîners fastueux quand il était président de l'Assemblée nationale et les travaux coûteux dans son logement de fonction, François de Rugy fait l'objet d'une nouvelle polémique ce soir.




(AFP)

20h07 : Il est 20 heures à la montre. Faisons un nouveau point sur l'actualité :

François de Rugy peut rester au sein du gouvernement mais il va devoir rendre des comptes. A l'issue d'un entretien avec Edouard Philippe, le ministre de la Transition écologique s'est notamment engagé "à rembourser chaque euro contesté".


Cette année, 88,1% des candidats au baccalauréat ont décroché leur diplôme, selon les résultats communiqués par le ministère de l'Education. C'est un peu moins qu'en 2018 (88,3%).

Le Belge Dylan Teuns remportela 6e étape du Tour de France à et la Planche des Belles Filles. Le Français Julian Alaphilippe a dû laisser son maillot jaune (pour six secondes) à l'Italien Giulio Ciccone.
• Le procureur de Reims a ouvert une enquête en "recherche des causes de la mort" après la mort de Vincent Lambert. Une autopsie a été demandée.

Les derniers résultats du diplôme national du brevet sont arrivés. Ils concernent l'académie de Rennes. Vous pouvez les consulter sur notre site.

19h49 : François de Rugy sera l'invité de BFMTV et RMC demain matin à 8h30. Il répondra aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

19h47 : Mediapart a révélé que plus de 63 000 euros ont été dépensés afin de rénover et d'aménager l'appartement de fonction du ministre de la Transition écologique. L'appartement était-il vétuste ? Que répond le ministre ? Franceinfo répond à quatre questions sur les travaux dans le logement de fonction de François de Rugy.

18h54 : L'inspection au sujet des travaux dans le logement de fonction de François de Rugy sera menée par le secrétariat général du gouvernement. Elle permettra de vérifier que les travaux entrepris dans le logement de fonction ministériel de François de Rugy sont conformes au "respect des règles" et "au principe d'exemplarité", a annoncé Matignon.

18h44 : Le ministre de la Transition écologique "a conscience de l'émotion légitime de nos concitoyens face à la polémique et ne veut laisser perdurer aucun doute", ajoute Matignon.

18h43 : François de Rugy et le Premier ministre Edouard Philippe, qui se sont entretenus cet après-midi, "sont convenus ensemble de la nécessité de répondre à toutes les questions que se posent légitimement les Français", précise Matignon.

18h42 : L'affaire François de Rugy met en lumière le flou qui entoure les frais de représentation et de réception de la présidence de l'Assemblée nationale. Nous vous expliquons pourquoi ce budget est très peu contrôlé.

François de Rugy dans un salon de l\'hôtel de Lassay, le 3 août 2018.


(MAXPPP)

19h02 : Donc, il se sent coupable ! Ce qui leur semble être une attitude normale et ils ne comprennent pas ce qui leur arrive ! Et dire qu’ils sont tous dans le même moule !

18h37 : Pourquoi rembourser, s'il n'a rien à se reprocher ?

18h36 : C’est trop facile, il doit partir, c’est une faute grave, c’est du vol

18h59 : SCANDALEUX ! Un ministre commet une erreur gravissime, il se doit de prendre ses clics et ses clacs et de s'en aller ! La macronie, toujours présente pour protéger ses soldats ! Examinons les prochains jours, en attendant un volte-face de Mr. Macron qui décidera peut-être de le limoger.#homardmatuer

18h34 : A propos des dîners contestés, François de Rugy se dit prêt à soumettre ces frais à des "autorités de contrôle" de l'Assemblée.

18h33 : Edouard Philippe demande "une inspection" au sujet des travaux dans le logement de fonction de François de Rugy, indique également Matignon à l'AFP.

18h44 : Les services du Premier ministre communiquent à l'issue de l'entretien entre Edouard Philippe et François de Rugy, qui vient de se terminer. Le ministre était arrivé à 16h30 à Matignon. Pour l'instant, le ministre de la Transition écologique et solidaire est maintenu à son poste.

18h29 : François de Rugy ne veut laisser "aucun doute" et "s'engage à rembourser chaque euro contesté", annonce Matignon à l'AFP.

18h08 : Voici le point sur l'actualité (très chargée) de cette journée :

François de Rugy a été convoqué pour un entretien par Edouard Philippe. Le ministre de la Transition écologique est accusé par Mediapart d'avoir tenu des dîners fastueux avec de l'argent public.


Le Belge Dylan Teuns remporte la 6e étape du Tour de France, entre Mulhouse et la Planche des Belles Filles. Le Français Julian Alaphilippe a perdu son maillot jaune, qui revient à l'Italien Ciccone.

• Le procureur de Reims, Matthieu Bourrette, a annoncé avoir ouvert une enquête en "recherche des causes de la mort" après la mort de Vincent Lambert, patient en état végétatif depuis presque onze ans décédé jeudi au CHU de Reims, et une autopsie a été demandée.

Les derniers résultats du diplôme national du brevet sont arrivés. Ils concernent l'académie de Rennes. Vous pouvez les consulter sur notre site.

17h38 : Pour sa défense, François de Rugy a notamment assuré avoir fait baisser les frais de représentation à l'Assemblée nationale quand il en était le président. Mais cette baisse est toute relative : le niveau des dépenses de représentation à bien baissé sous sa présidence, mais pour redescendre au niveau de 2015.Retrouvez ce graphique dans notre article.


17h33 : François de Rugy a été convoqué pour un entretien par Edouard Philippe. Depuis plus d'une heure, les journalistes attendent devant Matignon afin d'obtenir une déclaration à la sortie du ministre de la Transition écologique, accusé par Mediapart d'avoir tenu des dîners fastueux avec de l'argent public.

17h19 : "Il n'y a pas de textes qui cadrent les choses. C'est laissé à l'appréciation du président de l'Assemblée. Il manque tout un pan du contrôle des frais, ceux de la présidence".


François de Rugy a organisé des dîners fastueux aux frais de l'Etat. Cette affaire met en lumière le faible contrôle des dépenses du président de l'Assemblée nationale, explique-t-on dans cet article.






16h33 : Au lendemain des premières révélations de Mediapart, faisons un point sur ce qui est reproché à François de Rugy. Dîners luxueux, travaux onéreux... Voilà ce qu'il faut retenir des accusations, mais aussi de la défense du ministre de la Transition écologique.

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, et son épouse Séverine de Rugy-Servat, le 19 mars 2018 à l\'Elysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)

16h27 : "Franchement, l'endroit est splendide, donc le dîner est beau, mais on n'était pas en train de se goberger avec de l'argent public, c'était pas décontracté, plutôt studieux et un peu froid."


Epinglée pour des dîners à l'hôtel de Lassay (la résidence du président de l'Assemblée nationale) et des travaux au ministère, la femme de François de Rugy s'est expliquée dans Le Point. L'article donne également la parole à certains invités de ces fameux dîners.

15h42 : Selon Ouest-France, Edouard Philippe recevra à 16 heures François de Rugy, ministre de la Transition écologique, embourbé dans une histoire de dîners fastueux et d'appartement rénové. Plus tôt dans la journée, l'entourage du ministre avait évoqué une "contrainte d'agenda", pour expliquer ce retour à Paris.

15h31 : François de Rugy dénonce la "présentation mensongère de Mediapart". Il se défend en commentant des photos tweetées par le site d'investigation.

15h12 : François de Rugy a écourté son passage dans les Deux-Sèvres pour rentrer à Paris. Plus tôt dans la journée, des manifestants l'attendaient par ailleurs devant la préfecture du département. Ils scandaient : "On veut du homard", a rapporté France Bleu Poitou.

14h52 : François de Rugy était dans les Deux-Sèvres pour un déplacement sur la question des ressources en eau. Il a quitté Niort après un déjeuner à la préfecture pour rentrer à Paris, sans effectuer les deux visites de sites qui étaient prévues à son agenda dans l'après-midi.

14h52 : Le ministre de la Transition écologique François de Rugy, dans la tourmente depuis les révélations sur ses dépenses de bouche à l'Assemblée nationale quand il en était le président, a écourté une visite dans les Deux-Sèvres pour retourner à Paris, annonce la préfecture.

13h47 : @anonyme : Le règlement de l'Assemblée nationale précise tout cela. Lorsque la déontologue est saisie et qu'elle constate un manquement aux règles de déontologie, elle en informe le député concerné, ainsi que le président de l’Assemblée.

Si le député conteste les faits ou ne suit pas les préconisations de la déontologue, il peut saisir le président qui saisit alors le bureau de l'Assemblée.

Le bureau a deux mois pour se prononcer. Et s'il conclut à l’existence d’un manquement, il peut rendre ses conclusions publiques, formuler à son tour des recommandations et proposer voire prononcer une sanction disciplinaire.

13h47 : Je vous ai posé une question VraiOuFake qui reste sans réponse. L’avis de la déontologue serait confidentiel. Sa saisine, c’est de la frime ou peut-il y avoir des suites ?

13h15 : Par la voix de son porte-parole, Europe Écologie-Les Verts (EELV) a estimé que François de Rugy devait quitter le gouvernement. "J'ai trouvé ses explications (...) particulièrement scandaleuses", a jugé Julien Bayou sur Radio Classique. Son départ, a-t-il dit, "ne sera pas une grosse perte".


13h15 : "S'il y a eu des erreurs d'appréciation de ma part, je serai tout prêt à les corriger."

François de Rugy s'est exprimé à la mi-journée lors d'un déplacement dans les Deux-Sèvres au sujet des accusations dont il fait l'objet.

10h34 : Voici les principaux points à la une après les révélations de Mediapart.

• Mis en cause par Mediapart, François de Rugy a publié plusieurs éléments de réponse sur Facebook. Il défend notamment ses choix pour la rénovation de son appartement de fonction au ministère.

• François de Rugy a limogé sa directrice de cabinet, qui a gardé un HLM sans l'occuper pendant douze ans, toujours selon Mediapart.

• Plusieurs personnalités de la majorité renvoient la balle à la déontologue de l'Assemblée nationale. "Si ce sont des amis privés, là il y aura un problème et la nécessité que ce soit des frais qui soient remboursés", estime notamment Aurore Bergé.