DIRECT. "Il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne" : après son limogeage, l'ex-directrice de cabinet de François de Rugy charge le ministre

Nicole Klein, ancienne préfète des Pays de la Loire, s'exprime dans les colonnes du quotidien régional "Ouest-France", vendredi.

Nicole Klein, ancienne directrice de cabinet de François de Rugy, lors d\'une réunion sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, à la préfecture de Nantes (Loire-Atlantique), le 18 avril 2018.
Nicole Klein, ancienne directrice de cabinet de François de Rugy, lors d'une réunion sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, à la préfecture de Nantes (Loire-Atlantique), le 18 avril 2018. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

A la suite de son limogeage, Nicole Klein, ancienne directrice de cabinet de François de Rugy, s'explique dans une interview à Ouest-France, vendredi 12 juillet. "Il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne", déclare-t-elle. Après les dîners fastueux organisés lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale et les travaux coûteux de son logement de fonction, Mediapart a révélé, jeudi, que le ministre de la Transition écologique a loué depuis 2016 un logement "à loyer social préférentiel". "Je n'ai absolument pas de raison de démissionner", estime l'ancien président de l'Assemblée nationale.

>> Dîners luxueux, travaux onéreux, appartement à loyer modéré, sèche-cheveux... Ce qui est reproché à François de Rugy (et comment se défend le ministre)

Un appartement loué à 622 euros par mois. Selon Mediapart, le ministre loue depuis 2016 un T2 de 48 m2 "à loyer social préférentiel". Le ministre de la Transition écologique s'est défendu jeudi soir sur sa page Facebook. Selon lui, l'appartement est "conforme aux prix du marché". "J'ai loué cet appartement à la suite d'une séparation, intervenue en juillet 2016", précise-t-il. "Je n'ai jamais profité indûment d'un logement social", s'est défendu le ministre de la Transition énergétique, les larmes aux yeux, sur BFMTV. Il assure avoir été victime d'une "tricherie".

Un bureau réaménagé. Le Parisien mentionne également d'autres dépensesA l'hôtel de Lassay, "un grand bureau a été réaménagé pour pouvoir accueillir les enfants du couple Rugy", affirme le quotidien, sans que l'on sache si ces travaux ont été financés par l'Assemblée nationale ou par François de Rugy lui-même. Le quotidien parle également d'"un sèche-cheveux doré à la feuille d'or" d'un montant de 499 euros, acquis "sur l'argent de l'Assemblée" par Séverine Servat.

Il s'engage à rembourser "chaque euro contesté". A l'issue d'un entretien avec Edouard Philippe, jeudi dans l'après-midi, le ministre a dit ne vouloir laisser "aucun doute". Il s'engage donc "à rembourser" par ses soins "chaque euro contesté". Il se dit prêt également à soumettre les frais à des "autorités de contrôle" de l'Assemblée nationale.

Il dénonce des "mensonges". François de Rugy s'est montré très virulent à l'égard de Mediapart. Il accuse le site de "mener en permanence des campagnes contre ceux qui gouvernent". "Avec tout ce torrent de mensonges qui se déverse, je compte bien répondre point par point, explique-t-il. Chaque fois maintenant qu'il y aura des mensonges, je saisirai la justice pour dénonciation calomnieuse."

Il ne compte pas démissionner. "Je n'ai absolument pas de raison de démissionner, affirme-t-il. Je l'ai dit au Premier ministre, qui ne me l'a pas demandé." "Forcément on peut penser à en fait tout abandonner" quand "on est attaqué matin, midi et soir" mais "je ne le ferai pas car je suis très en colère quand je lis un article qui prétend que j'occupe un logement social", se défend-il.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #RUGY

00h06 : Ce live est terminé pour aujourd'hui. Il reprendra samedi à 9 heures. Voici l'essentiel des actualités développées ce soir par franceinfo :


• Les révélations de Mediapart sur François de Rugy continuent. Le site d'investigation dévoile les raisons pour lesquelles le ministre n'a pas payé d'impôts sur le revenu en 2015. Le ministre de la Transition écologique s'est aussitôt défendu sur Twitter.


Les juges d'instruction en charge de l'enquête sur le meurtre de la sexagénaire juive Sarah Halimi, en 2017 à Paris, estiment qu'il y a des "raisons plausibles" de conclure à l'irresponsabilité pénale du suspect, a appris franceinfo de source judiciaire.




Roger Federer a rejoint Novak Djokovic en finale de Wimbledon, après sa victoire sur Rafael Nadal, en quatre sets dans un classique du tennis moderne.




Le Néerlandais Dylan Groenewegen a remporté la 7e étape du Tour de France à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). L'Italien Giulio Ciccone conserve le maillot jaune.


22h40 : Aujourd'hui, l'actualité était largement dominée par les révélations sur François de Rugy. Voici trois contenus qu'il ne fallait pas manquer à ce sujet sur franceinfo :

• Dîners luxueux, travaux onéreux, appartement à loyer modéré, sèche-cheveux… On vous résume qui est reproché à François de Rugy et comment se défend le ministre.

"Je n'ai rien remarqué d'exceptionnel dans mon assiette" : des invités de François de Rugy racontent à notre journaliste Clément Parrot les dîners informels à l'hôtel de Lassay.

• Qu'est-ce le dispositif Scellier "social" ? On répond à cette question alors que le ministre de la Transition écologique et solidaire est accusé d'avoir occupé un logement à loyer plafonné alors qu'il ne remplissait pas les conditions pour y avoir droit.

20h42 : À ce propos, internet ne manque pas d'humour. Voici un site intéressant : https://www.de-rugy.com/


20h42 : Certains internautes prennent les affaires qui entourent François de Rugy avec humour, comme le fait remarquer @François dans les commentaires.

20h48 : Autre révélation de ces derniers jours : selon Mediapart, François de Rugy loue un appartement à Orvault, une commune proche de Nantes (Loire-Atlantique), à un tarif préférentiel. Ouest-France a mené une contre-enquête et assure que tout le monde est "dans les clous", après avoir interrogé des notaires et un cadre de l'agence immobilière concernée.

20h28 : De nouvelles révélations de Mediapart sur le ministre de la Transition écologie. Cette fois, le site d'information explique pourquoi François de Rugy n'a pas payé d'impôts sur le revenu en 2015. L'intéressé a aussitôt répondu sur Twitter.

20h15 : A 20h05, voici l'essentiel de l'actualité :

"Il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne". A la suite de son limogeage, Nicole Klein, ancienne directrice de cabinet de François de Rugy, s'explique dans une interview à Ouest-France. Elle estime avoir servi de fusible.

Roger Federer et Rafael Nadal, N.3 et 2 mondiaux, s'affrontent pour la quatrième fois à Wimbledon, en demi-finale. Pour l'instant c'est le Suisse qui mène face à l'Espagnol, deux sets à un.

Le Néerlandais Dylan Groenewegen a remporté la 7e étape du Tour de France à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). L'Italien Giulio Ciccone conserve le maillot jaune.

Le père de Steve Maia Caniço, le jeune homme porté disparu depuis la nuit du 21 au 22 juin, lors d'une charge des forces de l'ordre, à Nantes (Loire-Atlantique), se livre pour la première fois. "J'en veux à la police. Tout ça, c'était évitable", déclare-t-il à Ouest-France.

18h29 : "Tout le monde tape en ce moment sur François de Rugy, car il a la gueule de l'emploi."

François-Michel Lambert, ancien député LREM passé au groupe Libertés et territoires, élu des Bouches-du-Rhône et ancien membre du parti écologiste, estime à propos de François de Rugy que "déjà à Europe Ecologie-Les Verts, il a toujours donné l'impression d'être le premier de la classe, l'aristo. Donc c'est le bouc émissaire idéal sur qui tout le monde se défausse".

18h28 : "Sur le terrain, les retours sont terribles" : des députés de la majorité regrettent les affaires autour de François de Rugy. Après une année déjà difficile pour le parti présidentiel, avec la crise des "gilets jaunes", les élus LREM contactés par franceinfo se désolent de l'image renvoyée par la majorité tout en critiquant un "lynchage" visant le ministre de la Transition écologique.

19h56 : Voici l'heure de faire un dernier point sur l'actualité de ce vendredi :

"Il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne". A la suite de son limogeage, Nicole Klein, ancienne directrice de cabinet de François de Rugy, s'explique dans une interview à Ouest-France. Suivez l'évolution de la situation dans notre direct.

Le Néerlandais Dylan Groenewegen remporte la 7e étape du Tour de France à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). L'Italien Giulio Ciccone conserve le maillot jaune.

Le père de Steve Maia Caniço, le jeune homme porté disparu depuis la nuit du 21 au 22 juin, lors d'une charge des forces de l'ordre, à Nantes (Loire-Atlantique), se livre pour la première fois dans une interview au quotidien régional Ouest-France. "J'en veux à la police. Tout ça, c'était évitable", déclare-t-il

Antoine Griezmann a quitté l'Atlético de Madrid et a signé au FC Barcelone. "C'est magnifique !", écrit simplement le Barça sur Twitter. L'Atlético, lui, n'est pas de cet avis : "une procédure a été ouverte et son cas va être étudié", a déclaré le club madrilène.

17h42 : "L'informel, ça n'existe pas quand vous êtes ministre. Il y a la vie privée et puis il y a quand vous travaillez en tant que ministre".

"Il n'est plus en situation de faire son travail", réagit la députée Delphine Batho, qui réclame la démission du ministre de la Transition écologique, François de Rugy. Elle s'est exprimée sur franceinfo.

17h29 : Dans cet entretien à Ouest-France, Nicole Klein s'explique sur ce HLM et "charge son ministre qui n'aurait pas pris le temps de l'écouter et confirme l'organisation de dîners avec des lobbyistes au ministère de la Transition écologique."

17h28 : Nicole Klein a été limogée hier de ses fonctions de directrice de cabinet par le ministre de la Transition écologique François de Rugy. Mediapart venait de publier des informations concernant un logement HLM à Paris, occupé depuis 2001 et conservé de 2006 à 2018 alors qu'elle n'habitait plus la capitale.

17h15 : "François de Rugy a voulu sauver sa tête en offrant la mienne", assure son ex-directrice de cabinet, Nicole Klein, dans une interview donnée à Ouest-France.

17h04 : Rolex, yacht, homard... Si François de Rugy, ministre de la Transition écologique, est raillé après la publication par Mediapart de photos des dîners fastueux qu'il organisait lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, ce n'est pas la première fois que des symboles du luxe viennent troubler l'actualité politique. La preuve dans cet article.

14h22 : "Je ne prends pas de champagne", "j'ai une intolérance aux crustacés". Alors que le ministre de la Transition écologique s'est ainsi défendu d'avoir organisé des dîners fastueux alors qu'il était président de l'Assemblée nationale, L'Obs a fouillé dans son compte Twitter et y a décelé plusieurs références au champagne et autres araignées de mer.

(L'OBS)

13h34 : François de Rugy est accusé d'avoir occupé un logement à loyer plafonné alors qu'il ne remplissait pas les conditions pour y avoir droit. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a-t-il bénéficié du dispositif Scellier "social" ? Franceinfo se penche sur ce dispositif.

12h10 : Voici les principaux titres :

François de Rugy annonce sur BFMTV qu'il envisage de "porter plainte pour dénonciation calomnieuse" après les accusations de Mediapart. Il affirme ne jamais avoir "profité indûment d'un logement social".

• Un supporter qui célébrait la qualification de l'Algérie a percuté une famille à Montpellier (Hérault). Une femme est morte et le pronostic vital de son enfant d'un an est engagé.

• C'est le premier sous-marin français construit depuis plus de dix ans. Emmanuel Macron participe en fin de matinée à une cérémonie de lancement du Suffren, premier d'une série de six nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque.

Après la mort de Vincent Lambert, le procureur de la République de Reims a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de son décès.

Hier, le Français Julian Alaphilippe a dû laisser son maillot jaune (pour six secondes) à l'Italien Giulio Ciccone. L'épreuve du jour se déroule entre Belfort et Chalon-sur-Saône.

11h24 : Le site Mediapart écrit que François de Rugy aurait bénéficié, depuis 2016, d'"un logement à vocation sociale", alors qu'il ne remplit pas les critères de location. L'intéressé a vivement démenti être au courant de cette situation, ce matin sur BFMTV. Voici ce que l'on sait pour le moment.

09h13 : "Le président de l’Assemblée nationale peut être amené à recevoir notamment des homologues étrangers dans le cadre d’une visite officielle, il peut être amené à organiser des cérémonies officielles et pour cela l’Assemblée nationale dote la présidence d’un budget spécifique (...). Cela pose la question de la pertinence et des éventuelles défaillances de ces contrôles, mais aussi de la transparence de ces données budgétaires. Aujourd’hui on n'a aucune transparence".

Elsa Foucraut est responsable du plaidoyer chez Transparency International et auteure du rapport "Pour un parlement exemplaire". Elle a répondu aux questions de franceinfo sur le contrôle des frais de représentation.


09h05 : Voici les principaux titres :

François de Rugy annonce sur BFMTV qu'il envisage de "porter plainte pour dénonciation calomnieuse" après les accusations de Mediapart. Il affirme ne jamais avoir "profité indûment d'un logement social".

• Un supporter qui célébrait la qualification de l'Algérie a percuté une famille à Montpellier (Hérault). Une femme est morte et le pronostic vital de son enfant d'un an est engagé.

• C'est le premier sous-marin français construit depuis plus de dix ans. Emmanuel Macron participe en fin de matinée à une cérémonie de lancement du Suffren, premier d'une série de six nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque.

Après la mort de Vincent Lambert, le procureur de la République de Reims a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de son décès.

Hier, le Français Julian Alaphilippe a dû laisser son maillot jaune (pour six secondes) à l'Italien Giulio Ciccone. L'épreuve du jour se déroule entre Belfort et Chalon-sur-Saône.

08h59 : Le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi a réagi au passage télévisé de François de Rugy dans un tweet.

08h54 : "Un ministre de la Transition écologique doit incarner la sobriété", a déclaré sur franceinfo le député LFI François Ruffin au même moment, à propos des révélations autour du ministre François de Rugy.

09h00 : "Je n'aime pas ça [le homard], je n'en mange pas. J'ai une intolérance aux crustacés et aux fruits de mer ! Et on fait croire que c'est moi qui fais servir du homard ? (...) Le champagne me fait mal à la tête."

09h00 : "Bien sûr que j'ai échangé avec Emmanuel Macron. Je l'ai immédiatement prévenu quand j'ai eu le questionnaire de Mediapart."

François de Rugy affirme sur BFMTV que "oui", Emmanuel Macron l'a soutenu alors que le ministre faisait l'objet d'accusations de la part du site d'investigation.

08h39 : "On va parler de Mediapart. Le but c'est d'informer le public ou c'est de mener en permanence des campagnes contre ceux qui gouvernent ? C'est le fantasme des coupeurs de tête. Les violences des gilets jaunes, ils les justifiaient."

08h44 : "Je suis victime d'une tricherie du propriétaire et de l'agence immobilière (...). J'ai fourni non seulement mes déclarations d'impôt [mais aussi] mes trois derniers bulletins de salaire. On m'a demandé une attestation d'employeur, j'ai dit que j'étais élu et que je ne pouvais pas avoir d'attestation."

Selon Mediapart, le ministre loue à Orvault (Loire-Atlantique) depuis 2016 un T2 de 48 m2 "à loyer social préférentiel". François de Rugy explique qu'il n'avait jamais été informé de la nature de cet appartement.

08h32 : "Je n'ai jamais profité indûment d'un logement social (...). Je donne toutes les preuves. Il y a une machine lancée pour m'attaquer. Aujourd'hui et demain il va y avoir encore des attaques. Je ne lâcherai pas, je suis très en colère contre les mensonges."

François de Rugy réagit aux nouvelles accusations de Mediapart sur le plateau de BFMTV.

08h42 : "Je n'ai rien remarqué d'exceptionnel dans mon assiette." Entre 2017 et 2018, l'ancien président de l'Assemblée nationale a organisé avec son épouse une dizaine de dîners dont le faste est aujourd'hui pointé du doigt. Au travers de témoignages de certains convives – pour la plupart anonymes –, franceinfo a pu reconstituer le déroulé de ces réceptions.

07h44 : Les révélations s'accumulent pour François de Rugy. Après les dîners organisés lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, Le Parisien fait état d'autres dépenses qui pourraient lui être reprochées dont un sèche-cheveux doré à la feuille d'or.

06h45 : Après une entrevue avec Edouard Philippe, François de Rugy a promis de rembourser, si nécessaire, "chaque euro contesté" dans l'affaire du logement et des dîners. Mais de nombreux députés de tous bords jugent cette promesse insuffisante. "Quand on est pris, quand on est en faute on s'en va", estime par exemple le député LR Aurélien Pradié.

06h14 : "Rugy mi-cuit." Libération revient sur les révélations de Mediapart et le maintien à son poste de François de Rugy. "Jusqu'à quand ?", s'interroge le quotidien.

06h00 : Voici les principaux titres :

François de Rugy reste pour l'heure au gouvernement mais devra subir des enquêtes et s'engage le cas échéant à "rembourser chaque euro contesté" après les révélations de Mediapart sur des dîners et des travaux dans son ministère.

• C'est le premier sous-marin français construit depuis plus de dix ans. Emmanuel Macron participe en fin de matinée à une cérémonie de lancement du Suffren, premier d'une série de six nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque.


"Il y a quelque chose de sacrilège dans ce qui a été accompli." Jean-Michel Blanquer revient sur la crise du baccalauréat dans un entretien au Parisien et dénonce "les difficultés créées par quelques-uns".

Après la mort de Vincent Lambert, le procureur de la République de Reims a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de son décès.

Hier, le Français Julian Alaphilippe a dû laisser son maillot jaune (pour six secondes) à l'Italien Giulio Ciccone. L'épreuve du jour se déroule entre Belfort et Chalon-sur-Saône.