Attaqué sur ses impôts, François de Rugy répond à Mediapart directement sur Twitter

Le site d'investigation révèle, vendredi soir, les raisons pour lesquelles le ministre n'a pas payé d'impôts sur le revenu en 2015.

François de Rugy, alors ministre de la Transition écologie et solidaire, le 11 juillet 2019, à Niort (Deux-Sèvres).
François de Rugy, alors ministre de la Transition écologie et solidaire, le 11 juillet 2019, à Niort (Deux-Sèvres). (GEORGES GOBET / AFP)

"Comment un député peut-il ne pas payer un centime d'impôts sur le revenu, comme ce fut le cas pour François de Rugy en 2015 ?" La question est posée par Mediapart dans un article mis en ligne vendredi 12 juillet. Le site d'investigation affirme avoir eu accès à l'avis d'imposition pour 2015 de François de RugyOn y apprend que, cette année-là, il a déclaré "47 956 euros de revenus (sur l'année 2014) mais n'a pas payé un centime d'impôts". "Aussi étonnante que puisse paraître l'information", il ne s'agit pas d'une "fraude" mais d'un "régime très favorable dont jouissaient alors les parlementaires", poursuit Mediapart.

Le ministre de la Transition écologique s'est aussitôt défendu sur Twitter... en répondant à la question initiale posée par Mediapart. "Une seule raison : les dons de 1 200 euros que je faisais chaque mois au parti EELV en tant que député du groupe EELV, comme TOUS les autres députés du groupe, et comme tous les autres parlementaires qui financent ainsi leurs partis et la vie politique", écrit l'intéressé. Avant de conclure par une interrogation : "Où s'arrêtera l'acharnement ?"

Selon Mediapart, c'est en fournissant cette feuille d'impôt que le ministre a pu bénéficier d'un logement à loyer préférentiel à Orvault (Loire-Atlantique). "Certes, François de Rugy ne payait pas d’impôts sur le revenu quand il est entré dans les lieux. Mais certainement pas parce qu’il avait du mal à joindre les deux bouts", détaillent les journalistes à l'origine de ces nouvlles révélations.