Affaires François de Rugy : "Il n’est plus en situation de faire son travail", réagit la députée Delphine Batho

La députée écologiste des Deux-Sèvres réclame vendredi la démission du ministre de la Transition écologique, après de nouvelles révélations sur un dîner organisé avec des lobbyistes.

La députée écologiste Delphine Batho, le 27 mars 2019 à l\'Assemblée nationale, à Paris.
La députée écologiste Delphine Batho, le 27 mars 2019 à l'Assemblée nationale, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

"Il n’est plus en situation de faire son travail" : c'est la révélation de trop pour Delphine Batho. Le ministre de la Transition écologique a organisé en mars un dîner avec des lobbyistes du monde de l'énergie, selon les informations de Ouest-France. Une nouvelle confidence qui vient alimenter l’affaire de Rugy qui agite la scène politique depuis plusieurs jours.

>> "Je n'ai rien remarqué d'exceptionnel dans mon assiette" : des invités de François de Rugy racontent les dîners à l'hôtel de Lassay

"Le ministre François De Rugy doit démissionner, et la question se pose de savoir pourquoi il est protégé à ce point", a déclaré la députée écologiste des Deux-Sèvres, vendredi 12 juillet au micro de franceinfo. 

Ça pose un problème majeur, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai dit que cette situation est intenableDelphine Bathoà franceinfo

"Il y aurait pu avoir de la part du ministre, à partir du moment où des questions ont été posées sur ces dîners une attitude autre. Il a eu une attitude de déni, puis on a eu des explications différentes hier [jeudi]. Ce n’est pas tenable", dénonce l’élue écologiste en soulignant que lorsque l’on est ministre, "on a une fonction au service des citoyens et on n’est pas là pour en tirer avantage. On n’est pas là pour se servir, ni soi-même, ni ses proches, ni des lobbys".

"L’informel n’existe pas quand vous êtes ministre"

"On a appris ce matin qu’un ministre de l’écologie donne l’ordre à son cabinet de faire disparaitre de son agenda officiel un dîner 'informel' avec un lobby et des entreprises. Et c’est toujours ce mot qui est utilisé. L’informel, ça n’existe pas quand vous êtes ministre. Il y a la vie privée et puis il y a quand vous travaillez en tant que ministre", s’est-elle indignée.

Selon elle, "lorsque vous avez la responsabilité de ministre de l’Écologie, il faut être en situation de gagner des arbitrages et de tenir tête à un certain nombre de lobbys. Or, si vous êtes vous-même en difficulté et que votre légitimité, votre crédibilité, est mise en cause, vous allez avoir tendance à ne plus mener de bataille".