Convention à Paris : la République en Marche entame sa mue

Militants et cadres de la République en Marche se sont fixé deux missions : définir les grands chantiers pour l'avenir et mettre en place un organigramme.

Les "Marcheurs" sont heureux de se retrouver pour cette première convention, à la Villette (Paris), ce samedi 8 juillet. L'objectif ? Transformer le mouvement en un véritable parti politique. Aujourd'hui, la République en Marche (LREM) revendique plus de 370 000 adhérents. Et chez tous la même préoccupation : continuer à faire différemment.

Autre impératif : le mouvement fondé il y a à peine 15 mois doit rester ouvert au monde extérieur, à la société civile. Dans la salle, militants et membres du gouvernement présentent les nouveaux statuts du parti. L'adhésion sera toujours gratuite, 20% des membres de la direction du mouvement seront tirés au sort. 

La mise en garde du Premier ministre

Le Premier ministre s'est également exprimé, pour la première fois, devant les militants. Édouard Philippe les a appelés à avoir de "la fierté, mais aussi de la conscience". "Une majorité offre des devoirs plus que des droits, oblige à écouter, à discuter et à continuer à penser", a-t-il prévenu.

Le prochain rendez-vous est fixé à l'automne pour mettre en place les nouvelles instances du parti.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Edouard Philippe lors de la convention de La République en marche (LREM) à Paris, le 8 juillet 2017.
Le Premier ministre Edouard Philippe lors de la convention de La République en marche (LREM) à Paris, le 8 juillet 2017. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)