Circulaire Castaner pour les municipales : "La République en marche ose tout, c'est à ça qu'on les reconnait", dénonce Patrick Kanner

Le chef de file des socialistes au Sénat a fustigé la circulaire du ministre de l'Intérieur qui prévoit de ne plus attribuer de "nuance" politique aux candidats aux municipales dans les communes de moins de 9.000 habitants. 

Patrick Kanner en février 2017 sur franceinfo. 
Patrick Kanner en février 2017 sur franceinfo.  (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

"Ce n'est plus le nouveau monde, c'est le monde modèle Staline, dénonce mercredi 22 janvier sur franceinfo Patrick Kanner, président des sénateurs du PS. On évite que les expressions d'opposants puissent être comptabilisés devant les Français", poursuit le co-auteur de la tribune "Municipales : Emmanuel Macron manipule le scrutin", parue dans le JDD dimanche. Patrick Kanner s'insurge contre une circulaire du ministre de l'Intérieur qui prévoit que les préfets n'attribueront plus de "nuance" politique aux candidats aux municipales sans étiquette dans les communes de moins de 9 000 habitants. Des recours contre cette circulaire ont été déposés devant le Conseil d'État. 

>>> Municipales 2020 : on vous explique la polémique sur la "circulaire Castaner" accusée de favoriser LREM

"La République en marche ose tout, c'est à ça qu'on les reconnait", poursuit sur franceinfo Patrick Kanner. Y compris de changer des règles à deux mois du scrutin pour empêcher qu'on voit la faiblesse de ce parti dans les élections municipales". Le chef de file des socialistes au Sénat rappelle qu'"il y a déjà 25 000 communes de moins de 1 000 habitants qui n'ont pas de 'nuançage', explique-t-il. Avec cette circulaire, ce sont 8 758 communes qui vont se rajouter, ça représente 23 millions d'habitants" a calculé Patrick Kanner. Selon lui des habitants "vont disparaître des radars politiques, en plus des neuf millions qui en sont déjà exclus".

C'est une manipulation, un camouflage. LREM n'a pu investir aujourd'hui que 500 candidats. C'est un aveu de faiblesse, donc finalement on casse le thermomètre en pensant arrêter la fièvre anti-pouvoir qui se manifeste aujourd'hui. Patrick Kannerà franceinfo

La fin du nuançage dans les petites communes est pourtant une forte demande de l'Association des maires ruraux de France, qui juge que les nuances attribuées jusque-là par les préfets, ne correspondent pas à la réalité de petites communes où la plupart des listes sont "sans étiquette". "J'ai écouté les élus locaux, d'autres écoutent les appareils politiques", s'est justifié Christophe Castaner lundi à Rennes.

Si Patrick Kanner dit comprendre qu'on ne nuance pas les petites villes de 3 500 habitants, il n'accepte pas que ce soit le cas pour des communes de 9 000 habitants, "où il y a des engagements politiques. Moi je connais plusieurs maires socialistes qui veulent être reconnus en tant que tel, mais qui vont disparaître du paysage politique" assure-t-il en dénonce une "manipulation. On casse le thermomètre en pensant arrêter la fièvre anti-pouvoir qui se manifeste aujourd'hui", conclut le sénateur socialiste.