Benjamin Griveaux : premier meeting après le dérapage

Benjamin Griveaux a lancé sa campagne pour les municipales à Paris. Un meeting quelques jours après la polémique où il aurait insulté ses anciens rivaux pour l'investiture.

À la fin de son meeting, Benjamin Griveaux a savouré puis s'est éclipsé rapidement. Quelques jours plus tôt, il aurait insulté ses anciens rivaux à l'investiture selon des propos rapportés. Il les traite "d'abrutis", "Cédric Villani n'a pas les épaules", "Hugues Renson un fils de… ", "Mounir Mahjoubi, no comment" peut-on lire notamment. À Paris, ses fidèles étaient venus à son secours, parfois agacés. "Des révélations, cela me semble un bien grand mot. Benjamin Griveaux a dit quelques gros mots pendant une campagne parce qu'il était énervé. Il s'est excusé", justifie Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes.

Rassemblement

Sur scène, Benjamin Griveaux a attaqué Anne Hidalgo. Il a lancé un appel à ses anciens rivaux : "Votre place est ici. Avec votre famille, au milieu de nous. Comme dans toutes les familles parfois on s'engueule, mais surtout, on se réconcilie". Les militants sont persuadés que cela sera vite oublié. "Il dérange", "cela fait partie du jeu", dénoncent-ils. La campagne ne fait que commencer, mais s'annonce bien compliquée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Benjamin Griveaux, le candidat LREM à la mairie de Paris, répond aux questions de journalistes lors d\'un déplacement de campagne à Paris, le 11 juillet 2019.
Benjamin Griveaux, le candidat LREM à la mairie de Paris, répond aux questions de journalistes lors d'un déplacement de campagne à Paris, le 11 juillet 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)