Cet article date de plus d'un an.

Accusée de harcèlement, d'humiliations et de racisme, la députée Laetitia Avia annonce qu'elle va porter plainte pour diffamation

Dans une enquête de Mediapart, cinq anciens collaborateurs de l'élue de La République en marche livrent des témoignages accablants contre Laetitia Avia.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La députée LREM, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 3 juillet 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Elle dénonce un "tableau mensonger". Laetitia Avia, députée LREM, a annoncé, mardi 12 mai, son intention de porter plainte pour diffamation quelques heures après la publication par le site d'informations Mediapart (article payant) d'une enquête dans laquelle d'anciens collaborateurs l'accusent de racisme, de sexisme, d'humiliations et de harcèlement moral.

Dans cet article de Mediapart, cinq anciens collaborateurs témoignent et racontent des "humiliations à répétition""Ça sent le chinois""tu es un faux Chinois, tu ne maîtrises pas Mac", a-t-elle écrit à l'un de ses ex-collaborateurs d'origine asiatique, selon le site d'information, qui s'appuie sur des captures d'écran de conversations privées.

"Manipulation honteuse", selon la députée

"Des bouts de messages privés ont été tronqués, détournés et décontextualisés. C’est de la manipulation honteuse", se défend l'élue qui avait été longuement saluée par Edouard Philippe en 2017. Laetitia Avia répond également à Mediapart sur le fait d'avoir parlé d'"amendement des PD" dans une conversation écrite avec son équipe. "C’est l'expression qu'utilisait mon ex-collab, lui-même homosexuel, pour désigner cet amendement que j'ai soutenu", écrit l'élue, qui affiche un engagement pour les droits des personnes LGBT.

L'enquête de Mediapart affirme aussi que Laetitia Avia aurait eu des pratiques contraires au droit du travail. Une ancienne assistante affirme avoir travaillé pour l'élue pendant un mois sans être rémunérée, en 2018, puisqu'elle n'a été officiellement embauchée qu'un mois après sa prise de poste. La députée aurait également refusé de payer des congés payés d'une autre salariée embauchée en contrat à durée déterminée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.