VIDEO. De "Vive la France" à Houria Bouteldja, les propos polémiques de la députée insoumise Danièle Obono

La députée de Paris multiplie les controverses depuis son élection en juin. 

franceinfo

"Une camarade." C'est ainsi que Danièle Obono définit Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République et accusée par ses adversaires de favoriser, notamment, l’antisémitisme. Invitée de Radio J dimanche 5 novembre, la députée de La France insoumise a de nouveau suscité la polémique en disant "respecter la militante antiraciste". "Elle dit : 'Je suis Mohamed Merah. Mohamed Merah, c'est moi.' C'est être militant antiraciste de parler comme ça ?", la relance le journaliste. "Je pense que c'est une citation de son livre, où elle développe toute une analyse là-dessus, et que je n'ai pas lu d'ailleurs", lui répond Danièle Obono. 

La députée de Paris n'en est pas à sa première controverse. Fin octobre, elle déclare sur le plateau de BFMTV que "la radicalisation n'est pas un concept scientifique arrêté". Interrogée sur le cas d'un chauffeur de bus qui refuserait de conduire après une femme, Danièle Obono préfère parler de "pratiques discriminatoires" plutôt que de radicalisation islamiste. "Est-ce que des pratiques discriminatoires ont un lien avec le terrorisme ? Non, je ne le crois pas", répond-elle. Des propos qui ont fait bondir l'extrême droite mais aussi Manuel Valls. "C’est plus que de la complaisance. C’est une complicité avec un islam politique", a jugé l'ancien Premier ministre sur RTL

"Amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono"

Danièle Obono a fait polémique dès les premiers jours de son élection. Le 21 juin, invitée des "Grandes Gueules" sur RMC, la toute nouvelle députée est questionnée sur une pétition qu'elle a signée en 2012 pour soutenir le chanteur Saïdou, mis en examen en octobre de la même année pour "injure publique" et "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence". En cause : sa chanson intitulée Nique la France. Pour Danièle Obono, il s'agissait de "défendre la liberté d'expression de cet artiste, parce que ça fait partie des libertés fondamentales".

La controverse se poursuit lorsque le journaliste lui demande si "avec son parcours, d'être devenue députée", elle peut dire "Vive la France". Réponse de l'intéressée : "Pourquoi 'vive la France' ? (...) Je ne me lève pas le matin en disant 'Vive la France !'" L'apparente contradiction de la députée et le peu d'intérêt qu'elle montre pour le patriotisme ont suscité une vive réaction de la part de ses adversaires, contraignant Jean-Luc Mélenchon à intervenir.

Sur sa page Facebook, ce dernier a rappelé son "amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono (...) agressée sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d'une forme de racisme insupportable." Le leader de La France insoumise et ses troupes s'interrogent en effet sur le fait qu'on ne pose pas ces questions à un député blanc.

La députée de la France insoumise, Danièle Obono, sur les bancs de l\'Assemblée nationale, le 26 octobre 2016.
La députée de la France insoumise, Danièle Obono, sur les bancs de l'Assemblée nationale, le 26 octobre 2016. (MAXPPP)