VIDÉO. Aliments, vêtements, médicaments : "Il y a un certain nombre de produits sur lesquels on doit reprendre notre souveraineté", juge le député LFI François Ruffin

Le député La France insoumise de la Somme a estimé mercredi sur franceinfo qu'il fallait relocaliser la production de certains biens avec une taxation supplémentaire sur les importations pour ne pas dépendre des autres pays. 

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Taxer les produits venus de l'étranger pour relocaliser leur production en France. Tel est le credo développé sur franceinfo mercredi 23 septembre par François Ruffin, député La France insoumise de la Somme. Citant les masques, les médicaments ou le gel hydroalcoolique, le député a estimé que "pour être protégé et pour ne pas dépendre de ce qu'il se passe à l'autre bout du monde", il fallait relocaliser la production de ces biens.

"Sur les pneumatiques, comme sur les médicaments et comme sur les masques, on ne peut pas être compétitifs avec la Chine", plaide François Ruffin qui estime donc qu'il faut procéder à un relocalisation "réelle". Celle-ce doit passer par la mise en place de taxes plus importantes sur l'importation de ces produits venus notamment des pays asiatiques. De manière générale, François Ruffin a fustigé les accords de libre-échange, responsables, selon lui, de la "désindustrialisation" en Europe et de "tous les problèmes écologiques".

"Il ne s'agit pas de vivre dans un régime d'autarcie"

 François Ruffin a tenu à préciser qu'il ne voulait pas taxer tous les produits entrant en France : "Il ne s'agit pas de vivre dans un régime d'autarcie. Mais il s'agit de savoir ce que l'on veut produire à nouveau dans notre pays.

On s'est retrouvés à poil ce printemps et on continue à se déshabiller. Pour ne pas que cela nous arrive à nouveau, il y a un certain nombre de produits sur lesquels on doit reprendre notre souveraineté.

François Ruffin

à franceinfo

Et le député de la Somme de citer les "aliments, les vêtements, les médicaments". Pour François Ruffin, ces taxations supplémentaires "sans doute feront une petite marge supplémentaires pour les consommateurs mais il faut voir ce que les salariés y gagneront, ceux que notre souveraineté et notre écologie y gagneront".

"Emmanuel Macron disait cet été que ce libre-échange est une folie, a poursuivi François Ruffin. C'est une folie que de déléguer à l'autre bout du monde et de nous rendre dépendant sur les médicaments, les aliments, les vêtements, etc. Mais on ne sort pas de cette folie en donnant, dans le plan de relance, davantage d'argent aux entreprises pour qu'elles aient un avantage de compétitivité et qu'elles reviennent dans le pays. Ce n'est pas vrai. (...)

Sur les pneumatiques, comme sur les médicaments et comme sur les masques, on ne peut pas être compétitifs avec la Chine.

François Ruffin

à franceinfo

Pour appuyer sa démonstration, François Ruffin a pris l'exemple des pneumatiques : "Si l'on ne veut pas avoir une concurrence déloyale avec les pneus asiatiques, alors il faut des taxes !" Mais la France, membre de l'UE, peut-elle décider toute seule d'augmenter les taxes à l'importation ? "Il faut désobéir à l'Union européenne, il faut mettre l'UE au pied du mur", a tonné François Ruffin, qui a souligné "la désindustrialisation massive" à l'œuvre en Europe.

Ces accords de libre-échange, responsables notamment de "la disparition des industries du textile dans le nord de la France", sont aussi une menace pour l'environnement, a ajouté François Ruffin : "Nicolas Hulot le disait, les accords de libre-échange sont la cause de tous les problèmes écologiques et ce n'est pas en installant trois éoliennes que l'on va s'en sortir."

François Ruffin, sur franceinfo, le 23 septembre 2020.
François Ruffin, sur franceinfo, le 23 septembre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)