Plan de relance : "Notre programme est déjà écologique et social'', indique le député LFI Eric Coquerel

Pour le député LFI de Seine-Saint-Denis, la venue d'Éric Piolle à l'université d'été du parti est le symbole des alliances électorales victorieuse entre EELV et LFI.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Eric Coquerel, à l'Assemblée nationale, le 26 mai 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL)

"Quand on met 100 milliards d’euros sans aucune contrepartie écologique et sociale, ça veut dire qu’on prépare un monde de demain qui sera en fait celui d’aujourd’hui, celui du productivisme, celui où l’idée est de travailler toujours plus", a critiqué samedi 22 aout le député LFI de Seine-Saint-Denis Éric Coquerel sur franceinfo.

Selon lui, la rentrée sera "très dure pour le pays" et il "espère "des mobilisations par rapport à des projets gouvernementaux qui ne vont pas dans le bon sens", notamment sur la question écologique alors que, le jour même, le Premier ministre Jean Castex a plaidé pour une transition écologique conciliant "la préservation de la biodiversité" avec "les activités économiques et humaines".

''Eric Piolle était déjà là l'an dernier''

La France insoumise, réunie dans la Drôme ce week-end pour ses amphis d'été, accueille pour l'occasion le maire EELV de Grenoble Éric Piolle. "Ce n’est pas la rencontre avec Éric Piolle qui va modifier notre programme, il est déjà écologique et social, a assuré Éric Coquerel. Il ajoute qu'"Eric Piolle était déjà là l'an dernier". Pour le député LFI de Seine-Saint-Denis, la venue d'Éric Piolle est plutôt le symbole des alliances électorales victorieuse entre EELV et LFI.

"La ville de Grenoble gagnée par une alliance, c’est plutôt ça qu’on veut reconnaître dans la venue d'Éric Piolle et puis aussi discuter avec quelqu’un qui accepte de parler de rassemblement sans œillères". Éric Coquerel a expliqué que la France Insoumise est "prête à discuter avec tout le monde", "y compris pour la présidentielle".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.