Altercation à l’Assemblée nationale autour de Gaza : un geste pour "recentrer le débat" et "visibiliser", assume le député LFI Sébastien Delogu

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 8 min
Altercation à l’Assemblée nationale autour de Gaza : un geste pour "recentrer le débat" et "visibiliser", assume le député LFI Sébastien Delogu
Altercation à l’Assemblée nationale autour de Gaza : un geste pour "recentrer le débat" et "visibiliser", assume le député LFI Sébastien Delogu Altercation à l’Assemblée nationale autour de Gaza : un geste pour "recentrer le débat" et "visibiliser", assume le député LFI Sébastien Delogu (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Sébastien Delogu explique dans le 19/20 de franceinfo, mardi 28 mai, son geste à l’Assemblée nationale. Le député LFI des Bouches-du-Rhône a brandi un drapeau de la Palestine.

Sébastien Delogu, député LFI des Bouches-du-Rhône, souhaite d’abord exposer ses revendications, parmi lesquelles "interpeller l’Union européenne sur l’arrêt de la coopération entre l’UE et Israël" ou encore la reconnaissance du "peuple palestinien et l’État palestinien". Son geste à l’Assemblée nationale, "fort" et "symbolique", permet selon lui de "recentrer le débat" et "visibiliser ce qu’il se passe" à Gaza, accusant le gouvernement israélien de "génocider tout un peuple".

La France "complice" selon Sébastien Delogu

Le député LFI des Bouches-du-Rhône fait également part de sa "honte", et dit soupçonner "la France d’être complice dans ce qu’il se passe", puisqu’elle "vend des armes ou des pièces qui servent à armer Israël". Quant à sa sanction, elle est pour Sébastien Delogu une "médaille". Il dit ne pas avoir averti les instances de la France Insoumise de son geste au préalable.

Concernant la vente d’armes françaises à Israël, qui tueraient aujourd’hui à Gaza, le député assure que "tout le monde en a la preuve". "Le Premier ministre lui-même explique qu’il y a des ventes d’armes, quand il nous répond à nos QAG", détaille-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.