Cet article date de plus de neuf ans.

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy stagne, celle de François Fillon chute

La cote de popularité du chef de l'Etat a-t-elle atteint un palier ? Nicolas Sarkozy recueille 37% de bonnes opinions (inchangé) et 58% d'opinions négatives (+ 3 points), selon le dernier sondage LH2/Nouvel Observateur publié lundi 5 décembre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Sarkozy et François Fillon (11 novembre 2011) (AFP/Lionel Bonaventure)

La cote de popularité du chef de l'Etat a-t-elle atteint un palier ? Nicolas Sarkozy recueille 37% de bonnes opinions (inchangé) et 58% d'opinions négatives (+ 3 points), selon le dernier sondage LH2/Nouvel Observateur publié lundi 5 décembre.

Les opinions bienveillantes à l'égard du chef de l'Etat se stabilisent en décembre. D'après une enquête LH2 réalisée les 1, 2 et 3 décembre dans le contexte de son discours de Toulon sur la crise, Nicolas Sarkozy obtient 37% de bonne opinion, comme en novembre.

Selon l'analyse LH2, Nicolas Sarkozy :

  • continue à mobiliser le coeur de son électorat : 52% des retraités (+1), 51% des plus de 65 ans (+1) et 92% des sympathisants de l'UMP gardent une bonne opinion du chef de l'Etat.
  • progresse de 20 à 38% auprès des foyers dont les revenus sont inférieurs à 1200 euros. LH2 estime que Nicolas Sarkozy a pu bénéficier de l'image de président "protecteur" sur laquelle communique l'Elysée, et éventuellement de son discours contre "la fraude sociale" et l'assistanat.
  • perd un peu plus les actifs et les moins de 50 ans : 27% des salariés du secteur public seulement lui sont favorables et à peine 32% des salariés du privé (-5 points).
  • baisse également chez les CSP + (-11 points à 34%), les foyers gagnant plus de 3000 euros (-6 points à 39%), les bacs + 4 ou davantage (-6 points à 29%). Défense de l'euro et du nucléaire ne l'auront pas servi auprès de ces populations.

Plus exposé, François Fillon voit sa cote baisser nettement

La cote de François Fillon chute, elle, de 4 points à 42%, trois semaines après son annonce des mesures d'austérité. Le premier ministre pâtit directement de son exposition et des mesures annoncées pour réduire le déficit budgétaire. Sa cote atteint son plus bas depuis sa nomination. Les opinions négatives progressent de 8 points à 52%.

Le recul est particulièrement marqué chez les 25-34 ans (-12 points à 30%), les CSP - (-10 points à 27%) et les CSP + (-7 points à 44%). En revanche, il gagne 10 points chez les foyers gagnant moins de 1200 euros.

Son parachutage à Paris dans une circonscription du centre de la capitale acquise à la droite et convoitée par Rachida Dati a également pu lui nuire.

Sondage réalisé par téléphone les 1, 2 et 3 décembre sur un échantillon de 970 personnes de 18 ans et plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.