La commission spéciale du Sénat vote pour un procès de Dilma Roussef

La commission du Sénat chargée de l’examen de la destitution de Dilma Rousseff a bien lancé comme il était prévu le début du procès de la Présidente. Ce procès va donc durer un mois mais le suspense n’est plus là car le vote des sénateurs est déjà connu. Reste la pression des électeurs de gauche qui pourraient bien se manifester mais surtout à la fin des Jeux olympiques.

(La commission spéciale du Sénat a voté en faveur d'un procès de Dilma Roussef © Reuters / Ueslei Marcelino)

Le visage de Dilma Roussef, éloignée du pouvoir depuis mai dernier, refait la une des journaux au Brésil. La présidente n’a pourtant pas disparu, elle a réussi à fédérer une partie de la population autour de sa cause via sa page Facebook et les voyages qu’elle a réalisés dans le pays. Mais les sénateurs se sont également exprimés dans les médias, assurant qu’ils n’allaient pas changer leur vote contre elle.

Reste donc la pression de la rue, mais les Jeux olympiques ne sont pas le moment idéal pour cela, comme le pense Alexandre, il est professeur et un des organisateurs du Front populaire en défense de Dilma Rousseff.

 

"À cause des Jeux olympiques et d’un certain nombre d’erreurs faites par la gauche, la population ne se manifeste pas comme elle devrait le faire, alors que nous sommes en train d’assister à une grande rupture institutionnelle. Je pense qu’il n’y aura pas de grande manifestation maintenant avec les Jeux olympiques mais plus tard, à partir du vote de la destitution."

 La date finale du procès aurait même été avancée pour que Michel Temer aille au G20 dans les habits du Président du Brésil en septembre prochain. L’actuel président intérimaire ne recueille que 16% d’opinions favorables et la majorité des Brésiliens souhaiteraient désormais l’organisation d’élections présidentielles avant 2018. 

À LIRE AUSSI ►►►Brésil : Dilma Rousseff se dit victime d'un "coup d'Etat"