La campagne low-cost des candidats pour la présidence de l'UMP

La campagne pour la présidence de l'UMP bat son plein. A un peu plus de 50 jours de l'élection, les trois candidats déclarés multiplient les déplacements. Une campagne avec des moyens différents, mais dont la constante est la sobriété, à l’heure de l’affaire Bygmalion.

(Hervé Mariton, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy, candidats à la présidence de l'UMP © MaxPPP)

Nicolas Sarkozy sera à Toulouse ce mercredi soir, Bruno Le Maire et Hervé Mariton se retrouvent eux à Aix-en-Provence. Des rassemblements loin qui n’ont rien à voir avec les fastes de la présidentielle. Normal, ce n'est qu'une compétition interne pour la présidence d'un parti.

 

L'heure est au low-cost, d’autant plus que l'UMP, qui est surendettée, ne donne plus rien après avoir financé la bataille Copé/Fillon. Une campagne à bas coûts donc, y compris pour Nicolas Sarkozy, adepte désormais des salles de moyenne capacité au décor sobre. Malgré tout, l'ancien président a plus d'argent que ses concurrents et peut compter sur les 200.000 euros de l'association de soutien à son action présidée par Brice Hortefeux pour financer une douzaine de déplacements au total. Pour le reste, Nicolas Sarkozy est entouré d'une dizaine de bénévoles. Il se déplace avec Frédéric Péchenard, son directeur de campagne, Véronique Waché, son attachée de presse, et son officier de sécurité.

 

Gérald Darmanin, son porte-parole et député-maire de Tourcoing, assure payer lui-même ses déplacements.

 

Gérald Darmanin évoque l'autre nerf de la guerre : la campagne 2.0
--'--
--'--

Nicolas Sarkozy fourmi après avoir été cigale en 2012 ?

Chez Bruno Le Maire comme chez Hervé Mariton, on estime que les coûts annoncés par l'équipe de Nicolas Sarkozy sont sous-évalués. Les deux outsiders de la compétition mènent, eux, une campagne plus économe : 100.000 à 150.000 euros pour Bruno Le Maire financés par son micro-parti "Avec BLM" qui lui a permis de collecter des fonds depuis deux ans.

 

L’équipe de Bruno Le Maire est composée de deux personnes rémunérées et d'une dizaine de bénévoles. Son QG lui revient à 1.700 euros par mois. Bon marché pour un trois pièces boulevard Raspail, entièrement équipé Ikea souligne son directeur de campagne. Pour les transports, les trains sont gratuits grâce à sa carte de parlementaire et il conduit sa propre voiture quand les distances sont raisonnables. Quant aux hôtels : 2 ou 3 étoiles pas plus insiste son entourage.

Hervé Mariton remporte la palme de la campagne meilleur marché

Le député de la Drôme a l'habitude d'en plaisanter. Sa campagne face à Nicolas Sarkozy, c'est David contre Goliath. Face à Bruno Le Maire aussi puisque son budget prévisionnel est de 30.000 à 50.000 euros, trois fois moins que l'ancien ministre de l'Agriculture. Egalement financés par son micro-parti "Droit au coeur". Alors quel est son secret ?

Les secrets d'Hervé Mariton pour une campagne économique
--'--
--'--
 

Très stimulant et un peu fatiguant reconnaît Hervé Mariton qui a professionnalisé son système D. Aucun salarié, il s'appuie sur ses collaborateurs parlementaires, un stagiaire et une armée de bénévoles. Il n'a pas de local de campagne, ses troupes, c'est dans son appartement parisien qu'il les réunit. Quand il n'est pas hébergé gracieusement, il choisit souvent les hôtels de gare. Comme pour Bruno Le Maire, le train est gratuit pour lui en tant que député. S'il prend l'avion, c'est avec des compagnies à bas coûts. Enfin, en région parisienne c'est en RER qu'il se déplace.