L'Etat doit faire 5 milliards d'économies par an d'ici 2016, selon l'inspection générale des finances

Voilà une donnée que Matignon va devoir intégrer dans la préparation de son budget 2013. Il s'agit d'un rapport de l'inspection générale des finances (IGF). C'est le journal les Echos qui en livre son contenu ce matin. Selon les experts de Bercy, l'Etat doit faire 5 milliards d'économies par an pour espérer pouvoir revenir à l'équilibre financier d'ici 2016. Comment ? En diminuant notamment le nombre des fonctionnaires...

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'idée de fond, c'est qu'il faut réduire les
dépenses de l'Etat en s'attaquant principalement à la fonction
publique. Et l'inspection générale des finances (IGF) préconise un remède
de cheval. Tout d'abord, en poursuivant la politique de non remplacement
de tous les agents partant en retraite. On était à un sur deux sous le précédent
quinquennat, l'IGF suggère de passer à deux départs sur trois non
remplacés.

Moins de fonctionnaires donc mais aussi des
fonctionnaires moins payés via le gel de leur rémunération, la baisse des
primes et le blocage des évolutions de carrière. Quant aux pensions des
retraités de la fonction publique, elles seraient elles aussi gelées. Au
total, on pourrait ainsi récupérer près de deux milliards d'euros par an.

Ce rapport recommande également de réduire
le volume de certaines prestations sociales, comme l'allocation adulte
handicapé, les aides au logement, celles aux anciens combattants. D'après l'IGF,
il faut accentuer la lutte contre la fraude et désindexer le montant
de ces prestations.

Des préconisations difficilement compatibles
avec le programme du gouvernement. François Hollande a en effet promis la création
de 60.000 postes dans l'Education nationale, des négociations sur les salaires
des fonctionnaires et  la fin de la règle du un sur deux.

Cela dit, le gouvernement affirme aussi que les créations
de postes seront compensées par des diminutions d'effectifs dans d'autres
secteurs, au ministère de la Défense notamment. Et surtout, il considère que
pour rétablir l'équilibre des finances publiques, il faut jouer sur les dépenses,
mais aussi sur les recettes... et donc les impôts.