L'Assemblée siège le Vendredi saint : "Des conditions de travail inacceptables", selon Bernard Accoyer

L'ancien président UMP de l'Assemblée nationale estime que le règlement intérieur de l'hémicycle n'est pas respecté.

Le député UMP Bernard Accoyer, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 15 juillet 2014.
Le député UMP Bernard Accoyer, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 15 juillet 2014. (BERTRAND GUAY / AFP)

Bernard Accoyer a piqué une colère à l'Assemblée, vendredi 3 avril. En ce Vendredi saint (jour du souvenir de la crucifixion du Christ pour les chrétiens), le député UMP vit son métier comme un chemin de croix. Il a qualifié de "conditions de travail inacceptables" le fait que l'Assemblée débatte du projet de loi santé "le Vendredi saint", qui est en outre "un jour férié en Alsace-Moselle".

Patrick Hetzel [député UMP], ne peut être là parce qu'il était à la messe ce matinBernard Accoyer, député UMPAFP

Au terme de plusieurs rappels au règlement, Bernard Accoyer a dénoncé le petit nombre de parlementaires présents pour débattre de la loi santé de Marisol Touraine à la veille de ce week-end prolongé de Pâques. Pour lui, les députés ne siègent ce vendredi que pour "la convenance personnelle du rapporteur et du gouvernement". Le rapporteur Olivier Véran (PS) était le suppléant de Geneviève Fioraso et doit donc laisser son siège ce vendredi à l'ancienne ministre, de retour à l'Assemblée.

"Nous avons des collègues qui sont dans les trains (...) et ils vont être conduits à faire demi-tour", s'est encore agacé le député UMP de Haute-Savoie, comme le raconte Le Lab d'Europe 1. "C'est quand même le droit du Parlement qui est en cause", a-t-il estimé, en évoquant l'absence de ses collègues d'Alsace-Moselle, où le Vendredi saint est un jour férié.

Il estime que les règles n'ont pas été respectées

L'ancien président du groupe UMP a également estimé que le règlement de la session unique n'était pas respecté. Ce règlement indique que l'Assemblée nationale ne siège que les mardis, mercredis et jeudis. Le député n'a pas tort sur ce point, mais il oublie de préciser que la conférence des présidents a la possibilité d'ajouter des jours de séance au-delà de ce qui est prévu par le règlement.

La présidente de la commission des Affaires sociales, Catherine Lemorton (PS), a également répondu à Bernard Accoyer que ce vendredi n'est "pas plus saint qu'un autre", rappelant le principe de laïcité. Elle a reconnu cependant que le dernier jour de travail d'Olivier Véran l'avait incité à proposer de changer l'ordre d'examen des articles du projet de loi pour que l'Assemblée puisse débattre, dès la matinée, des salles de consommation de drogue à moindre risque, surnommées "salles de shoot", dont Olivier Véran est un spécialiste.

Face aux protestations véhémentes de l'opposition, invoquant que ses propres spécialistes sur la question n'avaient prévu de venir que dans l'après-midi, Catherine Lemorton a renoncé à cette idée. Le projet de loi a donc repris son cours normal avec l'examen des articles consacrés à la lutte anti-tabac. L'article sur les salles de shoot ne sera abordé qu'à la toute fin de l'après-midi ou après le week-end de Pâques.