Cet article date de plus de six ans.

Jean-Vincent Placé dénonce le "racisme" de l'humoriste Nicolas Canteloup

Le sénateur écologiste, d'origine coréenne, n'a pas apprécié l'accent asiatique caricatural pris par l'imitateur sur Europe 1.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le sénateur EELV Jean-Vincent Placé, le 30 août 2014 à l'université d'été du PS de La Rochelle (Charente-Maritime). (MAXPPP)

Quand Nicolas Canteloup se moque de Jean-Vincent Placé, il prend un accent asiatique. Et force le trait. Jeudi 18 septembre, dans sa "Revue de presque" au micro d'Europe 1, l'humoriste s'est payé le président du groupe écologiste au Sénat, d'origine coréenne. Dans sa caricature (à partir de 7 minutes 40 dans la vidéo), il fait dire au responsable politique "Je suis toujours le mélange de Jackie Chan et de la coupe de cheveux de Martine Aubry. (…) Lui toujours faire une voix pourrie, pas bon imitateur Canteloup." Dans le studio de la radio, entre deux rires, les présentateurs reprochent à l'imitateur cette caricature grossière.

Placé promet "la baston" à Canteloup…

Le sénateur, né à Séoul (Corée du Sud) et adopté par une famille française, n'a pas apprécié. Jean-Vincent Placé a critiqué dans Le Parisien des "attaques de cour d'école". "Dans un contexte en France de déchaînement raciste, antisémite, xénophobe, cela ne me fait pas rire, a jugé l'élu EELV. Le racisme, beaucoup de personnes le subissent chaque jour sur d’occultes sites internet. Mais là, sur Europe 1, à une heure de grande écoute, c’est scandaleux. Ce cher Canteloup a visiblement un melon disproportionné." Avant de promettre : "Pour l’instant, je ne dépose pas plainte, mais soit il arrête, soit ça va être la baston !"

… et un repas coréen en sa compagnie

Sur Twitter, Jean-Vincent Placé a renchéri, dénonçant des "imitations vulgaires, grossières et blessantes". Puis, sur le ton de la plaisanterie, il a invité Nicolas Canteloup à déguster en sa compagnie un repas coréen typique, pour parfaire son imitation.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.