VIDEO. "Est-ce qu'on décompte les interruptions ?" : Eric Dupond-Moretti chahuté pour sa première séance de questions au gouvernement

Interrogé sur ses prises de position passées, le ténor du barreau a été déstabilisé par le brouhaha et les interpellations des députés durant sa prise de parole.

C'était sans doute le moment le plus attendu de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Eric Dupond-Moretti, nommé ministre de la Justice à la surprise générale au sein du gouvernement de Jean Castex, a connu mercredi 8 juillet un baptême du feu compliqué. Interrogé sur ses prises de position passées par le député Les Républicains du Val-d'Oise Antoine Savignat, le ténor du barreau a été déstabilisé par le brouhaha et les interpellations des parlementaires durant sa prise de parole.

Le nouveau garde des Sceaux a tout de même eu l'occasion d'évoquer le fait qu'il refusait d'envisager une entrée au gouvernement il y a encore quelques années. "Ma parole a été celle d'un homme libre, ma parole sera celle d'un ministre du gouvernement", a-t-il sobrement déclaré entre deux interruptions.

Chahuté à sa droite comme à sa gauche, Eric Dupond-Moretti n'a que rarement pu énoncer ses idées jusqu'au bout. Au point de demander à Richard Ferrand si ces nombreuses et habituelles interruptions étaient prises en compte dans son temps de parole. "Non, on souffre en silence", lui a répondu le président de l'Assemblée nationale.

Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, le 8 juillet 2020 à l\'Assemblée nationale.
Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, le 8 juillet 2020 à l'Assemblée nationale. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)