Les policiers qui "traquent" les migrants comparés au régime de Vichy : le maire de Colombes prêt à "rencontrer" Gérald Darmanin "pour s'expliquer"

"Je suis extrêmement respectueux des forces de l'ordre en France", a expliqué sur franceinfo Patrick Chaimovitch, après la polémique suscitée par ses propos sur la police.

Patrick Chaimovitch, le maire EELV de Colombes (au centre), le 28 juin 2020.
Patrick Chaimovitch, le maire EELV de Colombes (au centre), le 28 juin 2020. (OLIVIER BUREAU / MAXPPP)

Patrick Chaimovitch, maire EELV de Colombes (Hauts-de-Seine), s'est dit lundi 27 juillet sur franceinfo disposé à "rencontrer" le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, "pour s'expliquer" après ses propos sur la police et le régime de Vichy.

Le maire de Colombes a comparé les forces de l'ordre qui "traquent les migrants" aux policiers et gendarmes impliqués dans la rafle du Vel d'Hiv, lors des commémorations le 19 juillet dernier. Gérald Darmanin a annoncé qu'il avait l'intention de porter plainte. "Je souhaite discuter avec lui et dialoguer avec lui. Je suis tout à fait disposé à le rencontrer et à m'expliquer", a proposé le maire à l'adresse du ministre de l'Intérieur.

Mes propos ont été mal compris, mal perçus.Patrick Chaimovitch, maire EELV de Colombesà franceinfo

"Je suis extrêmement respectueux des forces de l'ordre en France" qui "font régner l'ordre dans des conditions qui ne sont pas simples", mais "il faut faire attention que dans ce maintien de l'ordre, les règles de droit soient maintenues à tout moment", a-t-il ajouté

Une vague d'indignation incompréhensible selon l'élu

Le maire de Colombes a tenté d'expliquer ses propos qui ont choqué, notamment, les syndicats de policiers : "J'ai voulu dire que le devoir de mémoire et le 'plus jamais ça', devaient nous interpeller collectivement en tant que citoyen", a-t-il expliqué.

Patrick Chaimovitch ne comprend pas la vague d'indignation, car, le jour des commémorations de la rafle du Vel d'Hiv personne ne s'était offusqué : "Il y avait des personnalités de la vie locale, de la communauté juive, personne n'a été choqué par mon discours dimanche. Je continuerai de dialoguer avec toutes les parties", a-t-il dit.