L'amende infligée à la mairie de Paris pour "avoir nommé trop de femmes directrices" a été annulée

La ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, l'a annoncé mercredi matin, à l'issue d'un échange avec la maire de Paris, Anne Hidalgo. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, lors d'une cérémonie en hommage à Maurice Genevoix, au Panthéon, le 11 novembre 2020. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Une victoire symbolique dans le combat féministe. La ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, a annoncé mercredi 27 janvier l'annulation de l'amende administrative de 90 000 euros infligée à la Ville de Paris pour avoir nommé trop de femmes aux postes de direction en 2018.

La ministre a précisé dans un communiqué à l'AFP avoir annoncé à la maire socialiste "que cette amende n'était pas due" et l'avoir encouragée à "consacrer ces fonds à maintenir cette dynamique positive".

Anne Hidalgo était arrivée vers 8h15 au siège du ministère, à Paris, accompagnée de plusieurs femmes élues de la mairie de Paris, sous l'œil des caméras et des photographes, pour échanger avec la ministre.

La somme sera versée au 3919, annonce Hidalgo

"S'il n'y a pas un volontarisme et une détermination sans faille, on n'arrivera pas à percer ce plafond de verre", a déclaré la maire de Paris à la presse. "Il faut forcer beaucoup plus les possibilités pour les femmes d'accéder à des postes à responsabilité", a-t-elle ajouté. "Nous allons verser [les 90 000 euros] à la fédération Solidarités femmes qui aujourd'hui gère le 3919", le numéro d'écoute destiné aux femmes victimes de violences, a également annoncé Anne Hidalgo.

La mairie de Paris s'était vu infliger en décembre une amende de 90 000 euros pour avoir procédé à la nomination, dans de nouveaux emplois, de 11 femmes contre 5 hommes à des postes de directeurs et sous-directeurs en 2018.

Un taux de nominations féminines de 69% qui contrevenait à l'obligation, en vigueur en 2018, de respecter un quota minimum de 40% de membres de chaque sexe afin d'assurer une représentation équilibrée des femmes et des hommes, avait expliqué le ministère de la Fonction publique à l'époque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement de Jean Castex

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.