Fichage : les décrets du gouvernement inquiètent

Trois décrets ont été modifiés par le gouvernement, permettant à la police et aux gendarmes de ficher des personnes sur de nouveaux critères. Un individu pourra être surveillé selon ses opinions politiques, ses comportements et ses habitudes de vie, ou même ses pratiques sportives. 

France 3

Ficher les opinons politiques, syndicales ou religieuses de certains Français : les forces de l'ordre peuvent le faire depuis vendredi 4 décembre, grâce à l'apparition en toute discrétion de trois décrets. Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a déclaré, jeudi 10 décembre sur FranceInfo : "Les opinions politiques en lien avec les partis extrémistes, de ceux qui prônent la séparation, la révolution, doivent être connus par les services de renseignement".

Opinions politiques et convictions philosophiques

Ces trois fichiers seront gérés par la police, la gendarmerie et le ministère de l'Intérieur. Pour les autorités, il ne s'agit que d'une mise à jour pour suivre la menace terroriste et les mouvements sociaux. Jusqu'ici, les fichiers recensaient uniquement des activités, mais, par les décrets, ils s'ouvrent "à des opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses, ou à une appartenance syndicale". Des décrets jugés dangereux par certaines organisations, qui veulent saisir le Conseil d'État. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Gérald Darmanin, ministre de l\'Intérieur, invité de franceinfo jeudi 10 décembre 2020.
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, invité de franceinfo jeudi 10 décembre 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)