Enseignant décapité dans les Yvelines: dissolution du groupement Cheikh-Yassine

À Bobigny (Seine-Saint-Denis) mardi 20 octobre, Emmanuel Macron a dissous un collectif directement impliqué selon lui dans l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

franceinfo

"Les mots, nous les avons eus, le mal, nous l'avons nommé, la stratégie je l'ai expliqué et déployé" le 2 octobre aux Mureaux (Yvelines), "mais nos concitoyens aujourd'hui doivent être protégés. Nos concitoyens dont la religion est l'islam doivent être protégés dans notre pays contre ce mal qu'est l'islam radical. La volonté de ces islamistes, de ces idéologues est précisément de retourner une partie de nos citoyens en raison de leur religion contre la République et nous ne les laisserons pas faire", a lancé Emmanuel Macron à Bobigny (Seine-Saint-Denis), mardi 20 octobre.

"Notre détermination est entière"

"Dès mercredi en Conseil des ministres, nous aurons à dissoudre le groupement Cheikh-Yassine directement impliqué dans l'attentat" de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a indiqué le président de la République. Et de conclure : "Des décisions de ce type à l'encontre d'associations, de groupements, d'individus suivront dans les prochains jours et les prochaines semaines. Notre détermination est entière".

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, à la sortie de la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 20 octobre 2020.
Emmanuel Macron, à la sortie de la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 20 octobre 2020. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)