Discours de Jean Castex : "On peut avoir quelques inquiétudes" estime l'association écologiste France nature Environnement

Lors de son discours de politique générale mercredi à l'Assemblée nationale, Jean Chttps://www.francetvinfo.fr/politique/jean-castex/gouvernement-de-jean-castex/astex a plaidé pour "une croissance écologique" face à la "décroissance verte".  

Le Premier ministre, Jean Castex, après le vote de confiance des députés à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 15 juillet 2020.
Le Premier ministre, Jean Castex, après le vote de confiance des députés à l'Assemblée nationale, à Paris, le 15 juillet 2020. (MARTIN BUREAU / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"On n'a pas entendu parler d'écologie de façon très structurante tout au long de son discours", a réagi mercredi 15 juillet sur franceinfo Arnaud Schwartz, le président de France Nature Environnement (FNE), après le discours de politique générale du Premier ministre Jean Castex devant les députés. "Donc on peut quand même avoir quelques inquiétudes pour la suite." Arnaud Schwartz attend des actes. "On a besoin de juger sur les actes parce que pour l'instant, ce n'était pas ça dans ce mandat. Il y a eu plus de régression que de progression."

>> Emploi, territoires, lutte contre les "séparatismes" : ce qu'il faut retenir de la déclaration de politique générale de Jean Castex

Les 20 milliards d'euros annoncés par le Premier ministre comme étant consacrés à la transition écologique, Arnaud Schwartz s'interroge. "On ne sait pas exactement sur quoi cela va aller. D'où vient ce chiffre ?" Le président de FNE a perçu que ce montant "serait utile pour tout ce qui concerne le climat". Mais selon lui, "il n'y a pas que la question du climat. On a une empreinte écologique énorme. On consomme beaucoup plus qu'une planète par an. Il faut revenir à moins d'une planète par an. Il y a plein d'autres problématiques, pas juste le climat : la biodiversité, les ressources naturelles, les inégalités. Et là-dessus, on ne voit pas trop s'il y a un projet d'ensemble cohérent du côté du gouvernement". S'il y a "des éléments qui vont dans ce sens", il insiste pour que ce soit "travaillé dans les deux ans qui viennent" et que "le gouvernement se saisisse de ce sujet-là".

Jean Castex a également opposé "croissance verte" et "décroissance écologique" lors de son discours de politique générale. Arnaud Schwartz ne sait pas ce que le Premier ministre "a comme définition de la croissance ou de la décroissance". "Si on parle du produit intérieur brut, le PIB, la croissance au sens économique du terme, tout le monde sait aujourd'hui que certains accidents avec des victimes, des maladies, c'est bon pour la croissance et pourtant, c'est très mauvais pour la société", souligne le patron de FNE.

Si c'est ça la croissance pour lui, ce n'est pas intéressant. Il faut parler sérieusement et précisément des choses. Les expressions comme celle qu'il a employé, ça ne veut pas dire grand-chose.Arnaud Schwartz, président de France nature Environnementà franceinfo



Plus globalement, Arnaud Schwartz estime que "ce qu'il manque beaucoup" dans les annonces du président de la République et du Premier ministre, "c'est de nous dire ce qu'on arrête de faire. Tout ce qui va détruire, tout ce qui va polluer, tout ce qui va nuire, il faut le diminuer, voire le supprimer. Et là-dessus, on n'a pas de liste. On ne nous a pas promis qu'on allait supprimer les financements aux énergies fossiles, par exemple", ajoute le président de France nature environnement.