Coronavirus : le couvre-feu, une décision qui ne passe pas toujours

54 départements vont devoir vivre avec un couvre-feu à partir de vendredi 23 octobre. Cette mesure peine à convaincre la population, et notamment les restaurateurs.

France 3

C’est l’une des annonces phares faites jeudi 22 octobre par le Premier ministre Jean Castex. Le couvre-feu va être étendu en France : au total, ils seront 54 départements visés par cette mesure pour freiner l’épidémie de coronavirus. Du côté d’Angers (Maine-et-Loire), l’annonce semblait évidente. "On s’y attendait tous, il n’y a pas eu de grande, grande surprise mais on espérait toujours que ça vienne un peu plus tard", confie une cliente d’un café.

Les restaurateurs mécontents

Ce couvre-feu risque de pousser un peu plus le secteur de la restauration dans la crise. Ils vont devoir s’adapter et risque de voir leur clientèle baisser à nouveau. À Pau (Pyrénées-Atlantiques), une restauratrice estime que les acteurs de son corps de métier est traité comme des "pestiférés" alors qu’ils mettent tout en place pour garantir les consignes sanitaires. Une interdiction de circuler le soir qui pourrait ne rien changer aux yeux de certains, estimant que si les personnes ne peuvent plus se rejoindre dans les bars, ils le feront dans des appartements où il sera donc impossible de contrôler si les gestes barrières sont respectés. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le vieux Rouen (Seine-Maritime), le 17 octobre 2020. 
Le vieux Rouen (Seine-Maritime), le 17 octobre 2020.  (TOM GRIMBERT / HANS LUCAS / AFP)