Attaque aux mortiers d'artifice : le ras-le-bol des policiers et du gouvernement

Les images de mortiers d’artifice contre le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) ont affolé les réseaux sociaux et mobilisé les policiers lundi 12 octobre.

Franceinfo

Lassés d'être pris pour cible, les policiers se sont rassemblés lundi 12 octobre pour demander des mesures fortes deux jours après l’attaque aux mortiers d’artifice du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). "On n'ose pas dire qu'on a peur", témoigne Alexandre Cabrol de l'unité SGP-FO devant le commissariat.

L'achat de mortiers bientôt pénalisés

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, souhaite faire voter une nouvelle loi dès le mois de novembre afin d'encadrer la vente des mortiers d'artifice. "Ils peuvent blesser, tuer et il faut qu'aujourd'hui nous arrêtions cette vente sur Internet qui n’est pas destinée à des professionnels et que nous la pénalisions", a-t-il déclaré à Champigny-sur-Marne dimanche.

Depuis quelques années, ils sont régulièrement utilisés par les délinquants. Des violences de plus en plus fréquentes au coeur de la rencontre entre les syndicats de police avec Gérald Darmanin mardi et Emmanuel Macron jeudi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture de police à Valence (Drôme) le 10 juillet 2020.
Une voiture de police à Valence (Drôme) le 10 juillet 2020. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)