Policier tué à Avignon : le tireur présumé mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire

Le tireur présumé a été mis en examen pour homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et tentative d’homicide sur le collègue d'Eric Masson, a appris France Télévisions auprès de son avocat, mardi soir. 

Un portrait d\'Eric Masson est porté lors d\'un hommage national rendu au policier tué, à Avignon (Vaucluse), le 11 mai 2021.
Un portrait d'Eric Masson est porté lors d'un hommage national rendu au policier tué, à Avignon (Vaucluse), le 11 mai 2021. (FRANCEINFO)
Ce qu'il faut savoir

Le tireur présumé dans l'affaire du meurtre du policier Eric Masson, le 5 mai à Avignon, a été mis en examen pour homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et tentative d’homicide sur le collègue de l'agent, a appris France Télévisions auprès de son avocat, Louis-Alain Lemaire, mardi 11 mai. Il a été placé en détention provisoire et continue de contester les faits, a précisé cette même source. Suivez notre direct. 

Un hommage national rendu à Eric Masson. "Face au pire, il donnait le meilleur." Le Premier ministre, Jean Castex, a salué Eric Masson, qu'il a décrit mardi comme un "serviteur de l'Etat", lors de l'hommage national rendu à ce policier de 36 ans, mort alors qu'il intervenait près d'un point de trafic de drogue. Cette cérémonie a été présidée, dès 15 heures, par Jean Castex à la préfecture du Vaucluse. Le chef du gouvernement était accompagné des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti. Dimanche, des centaines de policiers avaient honoré la mémoire de leur collègue à Paris et à Avignon. 

Remise de légion d'honneur à titre posthume. Cet hommage national s'est ouvert par un accueil républicain en présence de la famille du policier, de plusieurs personnalités politiques et des représentants de syndicats. Le public, lui, a pu suivre la cérémonie sur un écran géant. Jean Castex a prononcé un discours durant lequel il a annoncé qu'Eric Masson était nommé "commandant de police et chevalier de la Légion d’honneur". La cérémonie s'est terminée par une minute de silence, puis une Marseillaise.

Durcissement des peines contre les policiers. Jean Castex a annoncé, à l'issue d'une réunion organisée lundi soir à Matignon avec les représentants des syndicats de policiers, un durcissement des peines encourues par les agresseurs de policiers ou de gendarmes. Dans un communiqué, le chef du gouvernement a précisé que la peine de sûreté pour les personnes condamnées à perpétuité, pour un crime commis contre un policier ou un gendarme, serait portée à trente ans, et promet une "limitation stricte" des possibilités de réduction des peines pour les agresseurs de membres des forces de l'ordre. 

Deux gardes à vue levées. Quatre personnes avaient été placées en garde à vue ces derniers jours, dont le tueur présumé et un complice, arrêtés à un péage près d'Avignon, dimanche, alors qu'ils tentaient de fuir vers l'Espagne, et la sœur d'un des suspects. Mardi matin, cette dernière, ainsi que le chauffeur du véhicule, ont été libérés. Selon une source proche de l'enquête à franceinfo, le tueur présumé, âgé de 20 ans, aurait été identifié par un collègue d'Eric Masson. Les deux derniers gardés à vue doivent être présentés au juge mardi après-midi en vue d'une éventuelle mise en examen.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AVIGNON

22h56 : Le jeune homme âgé de 20 ans qui accompagnait le tireur présumé a été mis en examen pour "non assistance à personne en danger" et "recel de malfaiteurs", a déclaré son avocat Christophe Huguenin-Virchaux. La complicité, en revanche, n'a pas été retenue.

22h37 : Le jeune homme qui accompagnait l'auteur présumé des tirs sur le policier Eric Masson a été mis en examen et placé en détention provisoire, a appris France Télévisions auprès de son avocat.

21h45 : Une source proche de l’enquête avait précisé à franceinfo que ce jeune, suspect principal dans cette affaire et qui continue de nier les faits, avait été identifié par un collègue d’Eric Masson, confirmant une information du Parisien.

21h56 : Le policier Eric Masson a été tué le 5 mai lors d'une banale intervention sur un point de trafic de stupéfiants dans le centre-ville d'Avignon. Le tireur présumé, âgé de 19 ans, avait été interpellé, avec son complice âgé de 20 ans, au péage de Remoulins (Gard), à une vingtaine de kilomètres d'Avignon et voulaient fuir vers l'Espagne, selon les enquêteurs.

21h43 : Le tireur présumé a été mis en examen pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique" et "tentative d’homicide" sur le collègue d'Eric Masson, a annoncé son avocat Louis-Alain Lemaire.

21h34 : Le tireur présumé a été mis en examen et placé en détention provisoire, a appris France TV auprès de son avocat

15h44 : "Le président de la République a décidé de nommer Eric Masson commandant de police et chevalier de la Légion d'honneur", poursuit Jean Castex. "Ce qui est en cause dans ce drame, c'est aussi le cœur de la République, l'hommage ne saurait suffire."

15h17 : "Il ne conduira plus ses deux filles à l'école (...) Aujourd'hui, sa famille et ses amis le pleurent, et toute la police nationale avec lui", déclare le Premier ministre. "Eric Masson était un serviteur de l'Etat".

15h03 : Tout à fait, vous pouvez suivre la cérémonie, qui commence maintenant, dans ce direct

15h03 : Bonjour. Couvrez-vous l'hommage au policier d'Avignon cet après-midi ?

14h45 : Le Premier ministre, Jean Castex, préside à partir de 15 heures un hommage national au policier tué alors qu'il intervenait sur un trafic de drogue. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, seront également présents. Vous pourrez suivre la cérémonie dans notre direct.

07h58 : "C'est de la poudre aux yeux, la plupart des mesures annoncées existent déjà, a réagi Katia Dubreuil, présidente du syndicat de la magistrature, ce matin sur franceinfo. À chaque fois qu'un policier est agressé, (...) il y a des déferrements et des comparutions immédiates qui sont ordonnées, donc la particulière fermeté existe déjà."

07h09 : Jean Castex a annoncé hier un durcissement des peines encourues par les agresseurs de policiers ou de gendarmes, à l'issue d'une réunion avec les représentants des syndicats de policiers. La peine de sûreté pour les personnes condamnées à perpétuité serait portée à 30 ans. Les possibilités de réduction des peines seraient strictement limitées pour les agresseurs de membres des forces de l'ordre.

07h52 : On démarre, bien sûr, par les titres :

• L'escalade des violences s'est poursuivie, hier soir, entre Palestiniens et Israéliens. Au moins 20 personnes sont mortes dans des frappes sur la bande de Gaza, attribuées à l'armée israélienne, après de nouveaux affrontements ayant fait plus de 500 blessés à Jérusalem.

• Jean Castex a annoncé hier soir un durcissement des peines contre les agresseurs de policiers ou gendarmes, après une réunion avec les syndicats de police.


• L'autorisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech a été étendue aux adolescents âgés de 12 à 15 ans aux Etats-Unis, a annoncé l'Agence américaine des médicaments hier.

• La population de la Chine s'élevait l'an dernier à 1,411 milliard d'habitants, annonce le pays le plus peuplé du monde. Ce chiffre a progressé de 5,38% en dix ans.