Jacques Chirac et François Mitterrand, dans le bureau du maire de Paris, le 25 août 1994.
Jacques Chirac et François Mitterrand, dans le bureau du maire de Paris, le 25 août 1994. (FREDERIC HUGON / AFP)

RECIT. 25 août 1994 : le jour où Jacques Chirac devint le candidat favori de François Mitterrand

"Un jour, Jacques Chirac m'a dit qu'il n'aurait jamais gagné l'élection de 1995 sans François Mitterrand." La confidence de cette personnalité jadis proche du pouvoir mitterrandien a de quoi surprendre lorsqu'on se remémore la violence des joutes politiques qui ont opposé les deux hommes à la fin des années 1980.

Mais en cette fin d'été 1994, le climat a bien changé. Le président Mitterrand, amoindri par la maladie, achève son deuxième septennat. A Matignon, Edouard Balladur, qui occupe le poste de Premier ministre depuis un an, se prend à rêver d'un destin présidentiel. Et Jacques Chirac, qui est toujours maire de Paris, attend son heure…

Edouard Balladur, François Mitterrand et Jacques Chirac assistent au 50e anniversaire de la Libération de Paris, le 25 août 1994.
Edouard Balladur, François Mitterrand et Jacques Chirac assistent au 50e anniversaire de la Libération de Paris, le 25 août 1994. (FRANCEINFO / FRANCE 2 / INA)

Mitterrand, Balladur, Chirac : trois hommes sur un parvis

Le 25 août 1994, un événement va être l'occasion pour François Mitterrand de marquer implicitement mais publiquement son soutien à Jacques Chirac pour l'élection présidentielle qui se profile huit mois plus tard. Au nez et à la barbe d'Edouard Balladur. Ce jour-là, Paris fête le cinquantième anniversaire de sa libération. Pour l'occasion, la municipalité a sorti le grand jeu. Reconstitutions historiques dans les rues de la capitale, spectacle son et lumière sur le parvis de l'Hôtel de ville devant près de 5 000 invités, retransmission en direct et en prime time sur France 2…

A la mairie de Paris, c'est Jean-Jacques Aillagon, alors directeur des affaires culturelles, qui est chargé de l'organisation de cette cérémonie. "Le président de la République avait fait savoir très tôt qu'il y assisterait. Et le gouvernement d'Edouard Balladur aussi", se souvient-il. "Le 25 août, sur la place de l'hôtel de ville, se sont donc retrouvés, dans un même espace, le président Mitterrand, le Premier ministre et le maire de Paris."

François Mitterrand était déjà très fatigué à l'époque. Chacun savait qu'il ne se représenterait pas en 1995. Chacun savait que Chirac se présenterait, et beaucoup se doutaient qu'Edouard Balladur en avait l'intention. Et ce n'était un secret pour personne que leurs relations s'étaient dégradées.

Jean-Jacques Aillagon, organisateur de la cérémonie du 25 août 1994,
à franceinfo

C'est ce moment précis que choisit François Mitterrand pour interférer dans ce duel à droite entre les deux "amis de trente ans". Il est 21h49, ce jeudi soir, lorsque la Safrane présidentielle arrive sur le parvis. François Mitterrand est accueilli par Edouard Balladur et Jacques Chirac, le ministre de la Défense François Léotard et celui des Anciens combattants, Philippe Mestre, pendant que les clairons de la Garde républicaine interprètent la sonnerie Au drapeau, puis La Marseillaise. Devant les troupes passées en revue, Jacques Chirac montre d'emblée une certaine proximité avec le chef de l'Etat. Pendant ces quelques minutes pourtant solennelles, le maire de Paris ne lâche pas Mitterrand d'une semelle et lui parle sans arrêt.

Au cours de la cérémonie, Jacques Chirac invite François Mitterrand dans son bureau, pour y signer un livre d\'or.
Au cours de la cérémonie, Jacques Chirac invite François Mitterrand dans son bureau, pour y signer un livre d'or. (FRANCEINFO / FRANCE 2 / INA)

Un "étrange intermède" savamment prémédité

Sur le parvis de "sa" mairie, au milieu des deux immenses tribunes installées pour l'occasion de part et d'autre de la place, Jacques Chirac ne boude pas son plaisir. Les deux hommes se retrouvent désormais seuls sur l'estrade centrale. Un premier moment de solitude pour Edouard Balladur, réduit à écouter Jacques Chirac et François Mitterrand prononcer leur discours à tour de rôle. Puis survient l'épisode que personne n'attendait. La voix du speaker retentit dans les haut-parleurs : "Conformément à la tradition républicaine, le président de la République et le maire de Paris vont maintenant se retirer dans l'Hôtel de Ville pour signer le livre d'or de la Ville de Paris."

"C'est moi qui ai inventé cette phrase", se souvient Jean-Jacques Aillagon. "Il n'y avait évidemment pas de tradition républicaine puisque cette situation ne s'était jamais produite !" Sous couvert de respect du protocole, les entourages de Jacques Chirac et François Mitterrand ont en fait organisé un aparté au beau milieu d'une cérémonie officielle. Dans le plus grand secret. Sur place, seules quelques personnes averties comprennent ce qui est en train de se tramer sous leurs yeux.

"On savait à l'avance qu'il y aurait une pause pour des raisons médicales, car le président avait parfois besoin de recevoir des soins ou tout simplement d'aller aux toilettes. Mais à l'époque, sur ces sujets, on restait en retrait, il y avait une pudeur", se souvient Claude Sérillon, qui ce jour-là commentait la cérémonie pour France 2. En revanche, j'ai su au dernier moment, dans l'oreillette, que Jacques Chirac l'accompagnerait et qu'ils feraient un détour par son bureau.

Le lendemain, le journal Le Monde croit d'ailleurs à un raté dans l'organisation de la cérémonie. Voici comment cet "étrange intermède" y est rapporté :

Après ces deux allocutions, le déroulement de la cérémonie a été troublé par un étrange intermède. Manifestement, les organisateurs avaient oublié de programmer "l'usage républicain" qu'est la signature du livre d'or de la Ville par le président de la République et qui se déroule dans le bureau du maire de Paris. Du coup, pour occuper le temps, durant cette opération qui a duré une dizaine de minutes, l'aréopage de personnalités présentes, au premier rang desquelles M. Balladur, s'est vu offrir... les images de l'émission de France 2 retransmise sur le grand écran qui avait été disposé sur la façade de l'Hôtel de Ville.

Le Monde du 27 août 1994

Mais il ne s'agit pas du tout d'un oubli. Depuis plusieurs semaines, l'Elysée et la mairie de Paris peaufinent les moindres détails de cette mise en scène. Une fois la venue du chef de l'Etat confirmée, la cheffe de cabinet du président, Béatrice Marre, est chargée d'en régler les modalités avec son homologue auprès du maire de Paris, Jean-Eudes Rabut. "Le président de la République tient absolument, partout où il va, à rencontrer le maire en sa mairie. Dans n'importe quel village et a fortiori dans la capitale", explique Béatrice Marre à son interlocuteur.

Jean-Eudes Rabut se demande alors comment cette exigence va pouvoir s'imbriquer dans le déroulé de la cérémonie : "Il va y avoir un problème, on ne va quand même pas planter tous les membres du gouvernement et le Premier ministre qui sont là ?", s'enquiert-il. "Béatrice Marre a eu cette phrase incroyable, qui est restée gravée dans ma mémoire. Elle m'a dit : 'C'est justement pour ça que c'est fait'", se remémore-t-il, un quart de siècle plus tard. Sans se souvenir précisément de cette phrase, Béatrice Marre confirme que la manœuvre était volontaire.

Le président de la République n'avait pas jugé utile d'en informer le gouvernement. C'était une affaire entre lui et le maire de Paris. Et il n'était pas fâché de faire un mauvais tour à son Premier ministre.

Béatrice Marre, ancienne cheffe de cabinet de François Mitterrand,
à franceinfo

Les échanges se poursuivent entre l'Elysée et l'Hôtel de Ville. Peu de temps avant la cérémonie, Béatrice Marre fait savoir à l'entourage de Jacques Chirac que le président a pour habitude de signer un livre d'or dans les mairies où il se rend. Problème : à l'Hôtel de Ville de Paris, il n'y a pas de livre d'or. "Quand des chefs d'Etat viennent à l'Hôtel de Ville, ils signent des feuilles façon parchemin", explique Jean-Jacques Aillagon.

Le secrétaire général du Conseil de Paris de l'époque, Bernard Bled, est chargé de remédier à ce manque. Il se souvient qu'il avait reçu l'ordre directement de la part de Jacques Chirac, qu'il cite en l'imitant : "Il veut un livre d'or, allez chercher un livre d'or, quelque chose qui ait de l'allure !" Bernard Bled pare au plus pressé : il traverse la rue de Rivoli pour se rendre… au BHV et acheter "quelque chose qui ressemble à un livre d'or".

Une fois le livre d\'or signé, Jacques Chirac et François Mitterrand s\'apprêtent à regagner l\'assistance.
Une fois le livre d'or signé, Jacques Chirac et François Mitterrand s'apprêtent à regagner l'assistance. (FREDERIC HUGON / AFP / FRANCEINFO)

Dans le secret du bureau du maire

Le jour J, les téléspectateurs et le public présent sur le parvis voient donc les deux hommes s'engouffrer dans le bâtiment par une petite porte. Les caméras les suivent jusqu'au vaste bureau du maire, au deuxième étage. François Mitterrand sort un stylo de sa poche et s'asseoit dans le fauteuil du maire pour signer le fameux livre d'or, qui trône sur le bureau. Comme on peut le voir sur les images d'archives, le président et son hôte échangent quelques mots. Dans son oreillette, Claude Sérillon perçoit quelques bribes de conversation. "Monsieur le président, il faudrait que nous y allions, il va nous attendre", aurait dit Chirac, faisant mine de s'inquiéter du Premier ministre. Ce à quoi Mitterrand aurait répondu, d'un air badin : "Eh bien, il va nous attendre !"

Quelques secondes plus tard, les photographes et les caméras de télévision sont priés de partir. La porte du bureau se ferme, mais le chef du service photo de la mairie de Paris, Christian Boyer, reste à l'intérieur. Il raconte avoir entendu François Mitterrand assurer très explicitement Jacques Chirac de son soutien.

Il lui a dit : 'Préparez-vous, c'est votre tour, je vais vous aider et vous allez gagner'.

Christian Boyer, ancien chef du service photo de la mairie de Paris,
à franceinfo

C'est également ce que rapporte Jacques Chirac dans ses Mémoires, parus en 2011. "Après avoir paraphé le livre d'or, comme convenu, en y apposant sa seule signature, il m'a glissé en confidence : 'C'est votre tour, vous allez être élu'", écrit-il. Selon le journaliste Georges-Marc Benamou, à qui François Mitterrand s'est confié à la fin de sa vie, et qui raconte la scène dans son ouvrage Le Dernier Mitterrand (Plon) Jacques Chirac lui aurait répondu, dans le couloir avant de regagner l'assistance : "Quoi qu'il arrive, j'irai jusqu'au bout".

A l'extérieur, ces dix petites minutes de flottement paraissent interminablement longues. Surtout pour Edouard Balladur, impassible, qui patiente à côté de deux fauteuils vides. "L'absence des deux hommes s'est prolongée à tel point que je me suis demandé si Mitterrand n'avait pas eu un malaise", raconte la journaliste Michèle Cotta dans ses Cahiers secrets de la Ve République (Fayard).

Pendant tout ce temps qui n'en finissait pas, le Premier ministre est resté immobile dans son fauteuil tendu de rouge, figé dans le recueillement, sans que son visage ne trahisse impatience, étonnement ou inquiétude. Il n'en menait pas large pourtant, imaginant sans doute le pire, comme nous le faisions tous.

Michèle Cotta, journaliste
dans Cahiers secrets de la République, tome 3

En fait, François Mitterrand n'a pris, durant ces quelques minutes, aucun médicament, note Jacques Chirac, qui a même trouvé le président "plutôt en bonne forme", comme il le note dans ses Mémoires. Suffisamment perspicace en tout cas pour scruter la réaction d'Edouard Balladur lorsqu'ils sont revenus s'asseoir dans la tribune. "Vous auriez vu la tête de Balladur, quand je suis revenu avec Chirac. Une tête...", se confie-t-il à Georges-Marc Benamou.

Pendant que Jacques Chirac et François Mitterrand se font désirer, Edouard Balladur, impassible, n\'a qu\'une chose à faire : attendre.
Pendant que Jacques Chirac et François Mitterrand se font désirer, Edouard Balladur, impassible, n'a qu'une chose à faire : attendre. (FRANCEINFO / FRANCE 2 / INA)

Une revanche contre Edouard Balladur

Entre François Mitterrand et son Premier ministre, la défiance couve derrière la courtoisie dont ils se gratifient l'un l'autre. "De plus en plus, Edouard Balladur voulait prendre tout l'espace. Il devait penser que le cancer tuerait François Mitterrand avant la fin de son mandat. Sa stratégie, c'était donc de passer de la situation de Premier ministre à celle de vice-président, puis à celle de président de fait", raconte un pilier du clan Mitterrand de l'époque.

Une attitude qui s'est notamment manifestée dix jours avant la cérémonie à l'Hôtel de Ville, sur le porte-avions Foch, à Toulon. Le 14 août, moins d'un mois après la dernière opération de la prostate du président, Edouard Balladur et François Mitterrand participaient aux commémorationx du cinquantenaire du débarquement en Provence, en présence de nombreux chefs d'Etat africains. Au cours d'une réunion ministérielle consacrée à la situation en ex-Yougoslavie et au Rwanda, le chef de l'Etat, très affaibli, dut laisser la place à son Premier ministre. Quelques heures plus tard, Edouard Balladur tenait une conférence de presse à Saint-Tropez pour rendre compte de cette réunion et en détailler les mesures. La suite est racontée par Charles Pasqua.

Tout à l'euphorie du quasi-intérim qu'il vient d'assurer quelques heures durant, il omet cependant de faire référence à la présence du chef de l'Etat et à l'accord de celui-ci sur ces mesures. A l'instant même, je réalise la gravité de la faute qui vient d'être commise...

Charles Pasqua
dans Ce que je sais, tome 2 (Seuil)

Empiéter sur le domaine réservé du président, la politique étrangère, "ce n'était pas une bonne idée" face à François Mitterrand, euphémise un ancien membre de son cercle rapproché. Dans son livre Le pouvoir ne se partage pas (Fayard), paru en 2009, Edouard Balladur, lui, voit cette excuse comme un prétexte. Si François Mitterrand a choisi de l'humilier sur le parvis de l'Hôtel de Ville, c'est "par goût de diviser, de manipuler", une "malice de qui cherche à m'affaiblir", "un jeu qui lui permet de se convaincre qu'il conserve un rôle", écrit-il.

En tout cas, le tour joué par François Mitterrand ne trompe personne. "Tous les spectateurs qui étaient un peu avertis du jeu politique en cours ont bien compris ce qu'il s'était passé. Que par cette mise en scène, François Mitterrand considérait que le moment était venu pour Jacques Chirac de lui succéder", commente Jean-Jacques Aillagon.

A l'été 1994, la gauche est encore sonnée par la gifle mémorable reçue aux législatives de mars 1993 et personne n'imagine qu'un représentant du Parti socialiste soit en mesure de l'emporter huit mois plus tard. Ainsi, le vainqueur du duel Chirac-Balladur a de fortes chances de devenir le prochain président de la République. Une configuration qui peut expliquer l'ingérence du président sortant. De fait, François Mitterrand n'a, par la suite, plus caché son goût pour Jacques Chirac et son hostilité envers Edouard Balladur. "Mitterrand avait avec Edouard Balladur une relation convenable mais il ne correspondait pas à l'image qu'il se faisait d'un président de la République proche du peuple, altruiste, avec une empathie", analyse Bernard Bled.

Avec Chirac, il y avait certes une rivalité mais son côté hussard ne déplaisait pas à Mitterrand. Chirac correspondait mieux à l'esprit français, c'était l'homme du peuple face à l'intelligentsia.

Bernard Bled, ancien secrétaire général du Conseil de Paris,
à franceinfo

Pour Chirac, ce rapprochement "c'était du pain bénit", assure Bernard Bled. "Finalement, les deux points d'avance qu'on a sur Balladur au soir du premier tour de la présidentielle, on les doit peut-être à Mitterrand !"

Texte : Ilan Caro