"Déguster une tête de veau est une façon de lui rendre hommage" : un boucher voit ses ventes exploser depuis le décès de Jacques Chirac

La tête de veau était le plat préféré de l'ancien président, décédé jeudi à l'âge de 86 ans. 

Une tête de veau chez un boucher. 
Une tête de veau chez un boucher.  (MAÏWENN BORDRON / FRANCE-INFO)

C'est le "meilleur ambassadeur de la tête de veau" qui disparaît, selon la confédération nationale des tripiers. Pour certains Français, rien de mieux qu'une bonne tête de veau pour honorer la mémoire de Jacques Chirac, décédé jeudi 26 septembre. Le plat préféré de l'ancien président a la côte ces derniers jours.

Des ventes qui ont quasiment doublé

Dans une triperie du marché de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Thierry Schillé, qui vend des tripes depuis 20 ans, a augmenté ses stocks pour faire face à la demande : "Avec le décès de M. Chirac, les gens sautent dessus."

Quand on parle de M. Chirac, on parle tout de suite de la tête de veau.Thierry Schilléà franceinfo

En temps normal, Thierry Schillé vend 6 kg de tête de veau par semaine. Depuis la mort de Jacques Chirac, le tripier de Boulogne-Billancourt en vend une dizaine de kilos par jour. "J'ai encore reçu deux appels ce matin pour me demander si il me restait de la tête de veau. On en parle un peu plus en ce moment", explique-t-il.

Une tête de veau plutôt qu'un livre d'or

Jean-Pierre, 72 ans, a toujours voté Jacques Chirac. À l'annonce de sa mort, cet ancien adhérent du RPR a tout de suite pensé à venir s'acheter une tête de veau. "C'est une façon de rendre un hommage. Je n'ai pas envie d'aller signer quelque part', dit-il.

Je me dis qu'une façon de rendre hommage à ce grand homme, c'est de déguster une tête de veau.Jean-Pierreà franceinfo

L'idée a tout de suite fait l'unanimité auprès de sa femme et de son fils. Et c'est un plat très simple à cuisiner, selon Jean-Pierre. "Elle est déjà toute prête. On la fait réchauffer avec une sauce qu'on nous donne avec, et on fait quelques pommes de terre à l'eau. C'est délicieux." "Il n'y a pas d'heure pour un bon plat comme cela. Cela se mange le matin, le midi et le soir", s'amuse Thierry Schillé qui aura encore 10 kilos de tête de veau à vendre le lendemain. Il prévoit encore d'augmenter ses stocks jusqu'à mardi.

Le reportage franceinfo de Maïwenn Bordron
--'--
--'--